Publication. La petite troupe de Monsieur Vincent. Joachim aux 1000 idées. Béatrice ÉGÉMAR

Les aventures touchantes et pleines de tendresse de la petite troupe de Monsieur Vincent des infants infatigables ayant à coeur de venir en aide aux plus démunis. Sous la houlette de Saint Vincent de Paul et de ses Filles de la Charité, ils savent faire preuve d'une bonne dosse de courage et d'imagination !

CMission

Publication. La petite troupe de Monsieur Vincent. Joachim aux 1000 idées. Béatrice ÉGÉMAR

Gardoise d’origine, Béatrice Égémar vit en Touraine depuis 2004. Après des études de droit, de chant, et quelques années passées à travailler comme cadre, elle se consacre à l’éducation de ses 4 enfants et à l’écriture.

Elle a écrit une trentaine d’ouvrages pour la jeunesse, avec une prédilection pour les romans historiques :« Elle posait pour Picasso » publié chez Gulf Stream, « L’eau des anges », « L’eau du roi » et « L’eau bleue », une trilogie sur l’histoire de la parfumerie publiée aux éditions de l’Archipel, « Le fils du traître » et « L’étrangère », série « Les espions de Pharaon » chez Fleurus.

Depuis 2013, Béatrice écrit aussi des romans policiers historiques pour adultes, avec « Le Printemps des enfants perdus » et « Le fard et le poison », tous deux publiés par les Presses de la Cité. Son intérêt pour l’histoire de la parfumerie l’a même conduite à suivre une formation de parfumeuse !

JOACHIM AUX 1000 IDÉES

Premier tome d’une nouvelle collection consacrée aux enfants évoluant autour de Saint Vincent de Paul, ce livre s’attache à Joachim et à sa vie dans le quartier des Halles de Paris. A la fois tendre, très fidèle à la réalité historique et plein de suspens, ce livre de Béatrice Egemar offre aux enfants une opportunité précieuse de se plonger dans l’histoire de Monsieur de Paul et dans l’histoire des enfants pauvres à Paris à cette époque.

Collection :La petite troupe de Monsieur Vincent
Date de parution :4 oct. 2019
Pagination :160 pages
Format :14 cm X 21 cm
ISBN :978-27-2892-716-6
Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest

4 Avent – A (Matthieu 1,18-24). Méditation. N’avons-nous pas besoin de Dieu parmi nous ?

Il y a une question que je me pose chaque année au moment où je commence à observer dans les rues les préparatifs qui annoncent l’arrivée de Noël...

Jose Antonio PAGOLA

4 Avent – A (Matthieu 1,18-24). Méditation. N’avons-nous pas besoin de Dieu parmi nous ?

Il y a une question que je me pose chaque année au moment où je commence à observer dans les rues les préparatifs qui annoncent l’arrivée de Noël: que peut-il y avoir encore de vrai derrière ces fêtes si gâchées par les intérêts des consommateurs et par notre propre médiocrité? Je ne suis pas le seul. J’entends beaucoup de gens parler de la superficialité de Noël, de la perte de son caractère de fête familiale et intime, de la manipulation honteuse des symboles religieux et de tant d’excès et d’absurdités qui détériorent Noël aujourd’hui.

Mais, à mon avis, le problème est plus profond: Comment une société qui vit pratiquement de dos à Dieu et qui détruit de tant de façons la dignité de l’être humain peut-elle célébrer le mystère d’un «Dieu fait homme»?

Comment «la naissance de Dieu» peut-elle être célébrée dans une société où le fameux professeur français G. Lipovetsky, en décrivant l’indifférence actuelle, a pu dire ces mots: «Dieu est mort, les grandes finalités se sont éteintes, mais tout le monde s’en fiche, voilà la bonne nouvelle»?

Apparemment, beaucoup de gens se fichent de croire ou de ne pas croire, d’entendre que «Dieu est mort» ou que «Dieu est né». Leur vie continue de fonctionner comme d’habitude. Ils ne semblent plus avoir besoin de Dieu.

Pourtant, l’histoire contemporaine nous oblige maintenant à nous poser des questions sérieuses. Il y a quelque temps, on parlait de «la mort de Dieu»; aujourd’hui, nous parlons de «la mort de l’homme». Il y a quelques années, on proclamait «la disparition de Dieu»; aujourd’hui, on annonce «la disparition de l’homme». Ne se pourrait-il pas que ce soit la mort de Dieu qui entraîne inévitablement la mort de l’homme?

Dieu étant expulsé de nos vies, restant enfermés dans un monde créé par nous-mêmes et qui ne reflète que nos propres contradictions et misères, qui peut nous dire qui nous sommes et ce que nous voulons vraiment?

N’avons-nous pas besoin que Dieu naisse de nouveau parmi nous, qu’il jaillisse avec une lumière nouvelle dans nos consciences et qu’il se fraye un chemin à travers nos conflits et nos contradictions?

Pour rencontrer ce Dieu, nous n’avons pas besoin d’aller très loin. Il suffit de nous approcher silencieusement de nous-mêmes. Il suffit de creuser dans nos questions et nos désirs les plus profonds.

C’est le message de Noël : Dieu est proche de toi, de là où tu te trouves, pourvu que tu t’ouvres à son Mystère. Le Dieu inaccessible est devenu humain et sa mystérieuse proximité nous entoure. Dieu peut naître en chacun de nous.

José Antonio Pagola
Traducteur: Carlos Orduna

 
[printfriendly]