Le grand jour est arrivé, « la terre tout entière est en fête, car le Seigneur vient ». Le Seigneur est là, parmi nous. Son visage est posé sur nous et nous sommes en allégresse, nous nous réjouissons de sa présence dans notre histoire.

Alexis CERQUERA

Homélie Veillée de Noël. 24 décembre 2019. Chapelle saint Vincent de Paul – Paris

Le grand jour est arrivé, « la terre tout entière est en fête, car le Seigneur vient ». Le Seigneur est là, parmi nous. Son visage est posé sur nous et nous sommes en allégresse, nous nous réjouissons de sa présence dans notre histoire.

Ce soir, nous vivons le commencement d’un temps nouveau, d’un temps inauguré par le Seigneur. Un temps qui se renouvelle tous les jours, toujours nouveau, c’est une nouvelle création.

Ce soir, nous fêtons l’amour incommensurable de Dieu envers son humanité. Lui-même est venu habiter notre humanité, il a pris chair de notre chair… Mais il n’est pas venu avec le fracas d’une star médiatique. Il est rentré dans notre histoire dans  le silence le plus profond. Et c’est dans ce silence qu’éclate la révélation définitive de l’Amour de Dieu par la naissance de Jésus-Christ. Le Seigneur est venu dans la pauvreté de notre humanité pour nous rendre riches de son amour.

La nuit est finie, et un jour d’amour arrive pour l’humanité… « Quand l’amour est vraiment don, quand l’amour est pure générosité, quand l’amour est espace d’accueil, alors il fait jour » alors c’est Noël, la fête que l’humanité célèbre avec son Dieu, le Seigneur.

Aujourd’hui, le Seigneur a décidé de nous rendre heureux, de nous montrer le chemin, de nous donner son Fils… Aujourd’hui, par ce mystère de l’Incarnation, Dieu exprime son désir de nous conduire vers lui…  tout en respectant notre liberté…

Il y a dans cette nuit la naissance de l’humanité à la dignité. Il y a dans cette nuit la Révélation de Dieu dans la Pauvreté.  Il y a dans cette nuit, la rencontre entre l’homme et Dieu, entre l’humanité et la Divinité… Cette nuit, l’humanité a rencontré son chemin vers Dieu.

Ce n’est pas un conte de fées, ce n’est pas une histoire pour amuser l’imagination des enfants rêveurs… Cette nuit, le Seigneur nous révèle son visage d’Amour, cette nuit, le monde est en fête et nous célébrons un monde nouveau, une humanité nouvelle, un Dieu toujours neuf, une histoire qui commence…

Nous vivons ce paradoxe de Noël, nous vivons la puissance de Dieu qui se fait petit ; nous vivons ce message d’amour, dans un contexte de deshumanisation ; nous vivons cette incarnation de Dieu dans notre histoire, dans un contexte de refus de Dieu dans notre quotidien ; Dieu se fait lumière, mais l’être humain parfois ne veut pas voir clair ; Dieu vient vivre avec nous, mais l’humanité, est en train de le mettre dehors… mais c’est ainsi, et même dans des réalités plus dures, que le message de Dieu retentit et doit se faire entendre. Noël n’est pas une fête pour rester dans une euphorie passagère. Il est nécessaire que nous quittions le monde des mythes, il ne s’agit pas d’imaginer, de s’émouvoir d’une manière sentimentale et artificielle… Il importe,  et c’est  essentiel de situer Jésus-Christ dans l’activité humaine la plus pressante.

L’humanité souffre énormément, les guerres, les conflits, les maladies, la négation des droits de l’homme, les sans-papiers et les gens de la rue en France, les enfants volés et prostitués en extrême orient… dans toute la géographie du monde, l’humanité souffre et subit des violences énormes… mais malgré cela, l’humanité reste et restera dans le cœur de Dieu. Et à chaque fois, son message de paix, de solidarité, de vie, prend  un sens… Non, l’humanité n’est pas perdue, ni morte, ni finie… elle est dans le cœur de Dieu et Dieu n’arrête pas de l’aimer.

Noël dépasse toute compréhension : Dieu a pris chair dans notre chair et se fait humain dans notre humanité, Il n’a pas pris les meilleurs, les surhumains, ou la forme d’un héros… Il est né dans notre humanité dure et têtue, et il a accepté de devenir l’un des nôtres, pour que nous puissions « le voir » à côté de nous, à partager notre humanité… Il est l’un des nôtres pour nous montrer le chemin vers lui et en même temps le chemin vers la profondeur de notre humanité. kDieu est en nous, en toi, en moi… Dieu se fait visible en son Fils, et son Fils en s’incarnant dans notre humanité nous rend visible le Seigneur notre Dieu.

Noël, c’est la fête du recommencement, noël c’est la fête de la vie nouvelle, noël c’est la fête de l’homme divinisé par Dieu.

Ce soir, la nuit laisse la place à la lumière, « La grâce de Dieu se manifeste pour le salut de tous les hommes » : Jésus Christ est au dedans de nous, comme le cœur de notre cœur, et c’est à travers Lui que nous pourrons embrasser toute l’humanité et nous considérer les uns et les autres comme des frères et des sœurs unis par un seul amour.

En cette nuit sainte, laissons la porte ouverte à Jésus Christ, pour qu’il naisse dans notre vie, dans notre entourage, dans notre quartier, dans nos relations… Laissons cette porte ouverte pour qu’il vienne et continue à vivre avec nous : « Seigneur tu viens, c’est vrai ! Seigneur tu es là ! Seigneur, nous voici, nous t’attendons. Nous ne savions pas qui tu étais, mais maintenant nous reconnaissons ton visage. Seigneur, prends nous ! fais que tous ensemble nous devenions une humanité enfin humaine, et que sans bruit, dans la vérité, dans l’authenticité de chacune de nos journées, nous apportions à tous nos frères en humanité, la lumière adorable de ton Visage. Seigneur, ce Visage imprimé dans nos cœurs, ce Visage que nous attendions, le Visage après lequel soupirait toute la terre, le Visage éternel de l’Amour ». (Maurice Zundel)

Partager sur email
Partager sur print