À la lumière de la lettre du Pape François pour cette Journée, nous sommes invités à réfléchir, agir et vivre la situation dans laquelle le monde d'aujourd'hui nous place.

Tomaz Mavric

Dimanche du Bon Pasteur. JOURNÉE MONDIALE DE PRIÈRE POUR LES VOCATIONS. Lettre du Supérieur Général. 3 mai 2020

Chers confrères, Que la grâce et la paix de Jésus soient toujours avec nous !

Chaque année, le Quatrième Dimanche de Pâques, aussi appelé Dimanche du Bon Pasteur, nous célébrons la Journée Mondiale de Prière pour les Vocations.

Dans la lettre de cette année pour la Journée Mondiale de Prière pour les Vocations, le Pape François réfléchit sur quatre mots : Gratitude, Encouragement, Fatigue et Louange.

La célébration de cette Journée se fera dans des conditions extraordinaires, comme ce fut le cas pour le Carême, la Semaine Sainte et Pâques, à cause du Coronavirus COVID 19.

À la lumière de la lettre du Pape François pour cette Journée, nous sommes invités à réfléchir, agir et vivre la situation dans laquelle le monde d’aujourd’hui nous place.

Ainsi, les paroles du Pape deviennent un phare pour répondre aux circonstances actuelles, ainsi que pour se préparer à affronter le temps et la réalité après COVID-19, en ayant particulièrement à l’esprit la promotion des vocations.

Passons des pensées de découragement et de fatigue à celles de gratitude et de louange. La Gratitude est d’avoir été appelé par le Maître de Nazareth à trouver un accomplissement dans la vie, à être regardé par Lui, à faire l’expérience d’un face-à-face avec l’Amour de ma vie. Comme l’écrit le Pape François dans son message, “Toute vocation naît de ce regard d’amour”. Il poursuit en disant que Jésus “nous donne l’enthousiasme dont nous avons besoin pour vivre notre vocation avec joie et ferveur”.

Souvenons-nous : du 19 novembre au 1er décembre 2018, quelque 75 confrères de chaque Province, Vice-province, Région et Mission Internationale ont participé à la première Rencontre Internationale des Promoteurs de Vocations. Ils se sont rencontrés au Centre International de Formation (CIF) à la Maison Mère de la Congrégation de la Mission à Paris. Là, ils ont partagé la joie de la vocation missionnaire vincentienne.

Dans le Document final de cette rencontre, les confrères ont exprimé une option claire pour une “Culture des Vocations Renouvelée”, option qui, lorsqu’elle est vécue et expérimentée dans la perspective de l’Évangile, revitalise notre passion de suivre Jésus-Christ, Evangélisateur des pauvres (une suite du Christ dans tous les aspects de notre vie). De cette façon, nous pouvons développer une attitude, une sensibilité et une pédagogie qui nous aideront à mettre en place un style favorisant l’établissement d’une culture des vocations dans chacune de nos communautés locales et qui, en même temps, nous permettra de cultiver une spiritualité vincentienne de l’appel. Le zèle, le feu, la conviction et l’engagement exprimés dans le Document Final par les confrères officiellement responsables de la promotion des vocations doivent être continuellement nourris dans chaque Province, Vice-province, Région et Mission Internationale et dans les cœurs, les esprits et les actions de chaque confrère de la Petite Compagnie.

A partir du regard de Jésus, qui nous donne l’enthousiasme nécessaire pour vivre notre vocation avec joie et ferveur, découle la conséquence logique que chacun de nous fera tout ce qui est en son pouvoir pour aider les jeunes que Jésus appelle à répondre positivement à leur appel à la Vie consacrée dans notre Petite Compagnie.

Si chacun de nous, la grâce de Dieu aidant, invite ne serait-ce qu’un seul jeune à rejoindre la Congrégation, en l’accompagnant par la prière et l’exemple personnel, et en le soutenant directement ou indirectement dans ses différentes étapes de formation, notre Petite Compagnie grandira en sainteté et en nombre. Cela est possible, car pour Jésus rien n’est impossible.

Au milieu de la pandémie COVID-19 que nous vivons, la Gratitude pour notre appel personnel se transforme en Louange et donne naissance à de nouvelles initiatives, décisions et chemins qui aideront la culture des vocations et, dans le cadre de celle-ci, la promotion des vocations. Les restrictions actuelles concernant les rencontres personnelles avec les gens encouragent de nouvelles idées et approches qui nous permettent de rester en contact avec les jeunes en utilisant les réseaux sociaux et d’autres moyens de communication. Grâce à ces technologies, on peut organiser des rencontres de prière, de discernement des vocations et des retraites. Par ces mêmes moyens, on peut les faire participer à l’Eucharistie, à l’Adoration du Saint-Sacrement et partager avec eux des documents pour leur formation.

En tout cas, c’est une profonde source de joie de voir l’inventivité, le zèle, le feu et la conviction de tant de confrères dans le domaine de la promotion des vocations qui est une des priorités de la Congrégation.

Pour le témoignage et les merveilleux services accomplis, je tiens à remercier chaleureusement tous les confrères directement responsables de la promotion des vocations dans chaque Province, Vice-province, Région et Mission Internationale. Je remercie également l’équipe des collaborateurs (les prêtres, les frères, les séminaristes, les laïcs…).

Un chaleureux Merci aussi à vous : Visiteurs, Supérieurs régionaux et Supérieurs des Missions Internationales pour le grand soutien personnel et encouragement que vous apportez à tous les confrères dans ce service.

Si, pour une raison quelconque, une Province, une Vice-province, une Région ou une Mission internationale n’a pas encore de confrère responsable de la Promotion des Vocations, soutenu par une équipe de collaborateurs, je voudrais vous encourager, à ce moment précis, à confier ce service à un confrère. Au cas où ce confrère aurait d’autres services, qu’il fasse de ce service de Promotion des Vocations son ministère principal.

Dans le Document final de la Première rencontre internationale des Responsables de la Promotion des Vocations, il est dit ceci : “Nous sommes certains que la culture des vocations représente le rêve et la mission de notre Fondateur, car il dit : « …vos ouvriers se multiplieront, attirés par l’odeur d’une telle charité. » (SV III, 257 ; lettre 1002 à Étienne Blatiron, Supérieur à Gênes, 13 décembre 1647).

Je voudrais conclure cette lettre en citant la fin du message du Pape François pour la Journée Mondiale de Prière pour les vocations :

« Chers frères et sœurs, spécialement en cette Journée, mais aussi dans l’action pastorale ordinaire de nos communautés, je désire que l’Eglise parcoure ce chemin au service des vocations, en ouvrant des brèches dans le cœur de chaque fidèle, pour que chacun puisse découvrir avec gratitude l’appel que Dieu lui adresse, trouver le courage de dire “oui”, vaincre la fatigue dans la foi au Christ et, enfin, offrir sa vie comme un cantique de louange pour Dieu, pour les frères et pour le monde entier. Que la Vierge Marie nous accompagne et intercède pour nous. »

Votre frère en Saint Vincent !

Partager sur email
Partager sur print