Le Zèle : Petite réflexion d’un confiné (5/6)

« Le zèle, c’est la cinquième maxime (Vertu), qui consiste dans un pur désir de se rendre agréable à Dieu et utile au prochain. Zèle pour étendre l’empire de Dieu, zèle pour procurer le salut du prochain. Y a-t-il rien au monde de plus parfait ? Si l’amour de Dieu est un feu, le zèle en est la flamme ; si l’amour est un soleil, le zèle en est le rayon. Le zèle est ce qui est de plus pur dans l’amour de Dieu ». (Vincent de Paul, Coste X, 559)

Eric Ravoux

Le Zèle : Petite réflexion d’un confiné (5/6)

« Le zèle, c’est la cinquième maxime (Vertu), qui consiste dans un pur désir de se rendre agréable à Dieu et utile au prochain. Zèle pour étendre l’empire de Dieu, zèle pour procurer le salut du prochain. Y a-t-il rien au monde de plus parfait ? Si l’amour de Dieu est un feu, le zèle en est la flamme ; si l’amour est un soleil, le zèle en est le rayon. Le zèle est ce qui est de plus pur dans l’amour de Dieu ». (X, 559)

Impression étonnante que ce confinement mondial. De ma cousine à Mexico, de ma famille en Suisse, mes frères et sœurs en Belgique et aux Etats-Unis, de mes amis au Cambodge, en Espagne, en Colombie, … nous vivons tous ce temps étrange de confinement. Ce n’est pas un épisode local ne touchant qu’une population, une nation, et dont nous n’entendons parler qu’au journal de 20h. Non, partout nous vivons la même chose, d’un bout à l’autre de la planète, avec les mêmes questions, les mêmes craintes, … confinés. Quelle étrange sensation de vivre cette situation ensemble, planétairement.

Quelle étrange et belle sensation également de voir revivre une planète, la nature, après seulement quelques semaines d’inactivité humaine. Venise a retrouvé des eaux limpides, des rorquals se baladent tranquillement au large des Calanques de Marseille, …, et partout l’air se purifie.

Certes, beaucoup d’entre nous souhaiteraient voir les choses revenir « comme avant », mais quel avant ? Un avant qui détruit, un avant qui précarise, un avant qui insécurise, un avant d’injustice, un avant d’individualité, un avant rejetant toutes les différences, un avant fait de Mc’DO et de toutes commandes inutiles sur Amazon, … ? Je m’emporte.

Observant tout cela, confinés, comme des millions d’autres humains sur notre petite planète, nous sommes nombreux à nous dire qu’il y a des choses à changer. Ce système économique et financier  qui nous étrangle, cette surconsommation qui tue la Création, cette hyperactivité qui nous fait sombrer, cet égoïsme qui écrase des peuples entiers… et j’en passe. CHANGER !!

Et c’est là que nous avons besoin de Zèle. Appelez ça comme vous voulez : avoir de la volonté, de la niaque, des tripes, des couilles, … ce que vous voulez. Il nous le faut !

Croyant, nous savons que notre Dieu Créateur nous a confié la Terre pour l’entretenir et profiter de sa beauté. Lui être agréable, à mon humble avis, consiste en cela.

Croyant nous savons que notre mission est d’avoir le souci de notre prochain, quel qu’il soit. Cela aussi c’est être agréable à Dieu.

Mais pour ce faire, pour le vivre, le mettre en pratique, et ne pas en faire de que de vagues souhaits, nous avons besoin de Zèle, de désir, de feu et de flammes dans nos cœurs. Nous avons besoin de devenir des rayons pour illuminer le monde et proposer d’autres manières de faire.

Du Zèle pour nous engager, nous mettre en route, agir. Il y en a assez d’entendre toujours les mêmes revendications, exigeant de l’Etat qu’il fasse tout, qu’il garantisse tout, qu’il solutionne tout. Si les solutions venaient d’en haut, cela se saurait !!!

C’est de nous, de vous, de moi et de toi, que les solutions peuvent venir. C’est de notre engagement, de notre Zèle, que de nouvelles idées peuvent surgir. En commençant par regarder notre propre manière de vivre, … et d’en changer.

Et c’est certainement là que nous avons le plus besoin de faire preuve de Zèle ! Dans la révision de notre propre mode de vie, au quotidien. Revoir mes choix, ma consommation, mes exigences souvent dérisoires. Revoir mes futilités, mes encombrements. Revoir mes priorités, souvent centrées sur moi et pas tant sur mon prochain. Faire preuve de Zèle et accepter que le changement commence par MON changement.

Et nous avons aussi besoin des autres pour ce faire. Il ne suffit pas de cultiver son petit potager dans son coin pour garantir sa petite sécurité, c’est ensemble que nous avons besoin d’avancer. Le Zèle de l’engagement, en rejoignant des mouvements œuvrant pour le bien de tous, en réfléchissant avec d’autres au monde que nous souhaitons construire pour le bien de tous.

Du Zèle, du désir, de la niaque, des tripes et des couilles, …, nous avons en avons besoin.

Saint Vincent de Paul nous a montrer la voie, à nous de la suivre, pour être agréable à Dieu et dignes sœurs et frères de Notre Seigneur Jésus-Christ !

 

Le 4 mai 2020, Tourrettes-sur-Loup

 

Partager sur email
Partager sur print