Si j’avais la capacité de peindre, j’aurai volontiers choisi Le Greco comme modèle en de multiples épisodes de la vie du Seigneur, par exemple en ce jour, je me serai attardé sur le Christ éclatant de blancheur, étiré entre ciel et terre, et montant vers son Père avec un regard rempli d’étonnement, voire de ravissement.

Jean-Pierre Renouard

Ascension du Seigneur. Méditation

Si j’avais la capacité de peindre, j’aurai volontiers choisi Le Greco comme modèle en de multiples épisodes de la vie du Seigneur, par exemple en ce jour, je me serai attardé sur le Christ éclatant de blancheur, étiré entre ciel et terre, et montant vers son Père avec un regard rempli d’étonnement, voire de ravissement. Le Christ ressuscité semble tout posséder mais pour lui comme pour nous, tout est encore à venir. L’ascension est un mystère passé et présent mais qui célèbrent aussi des évènements du futur.

  • D’après les Actes, le Christ se dérobe aux yeux des Apôtres. Il y a cet instant inoubliable où tout s’embrouille pour eux, où la présence de l’Etre admiré et aimé devient absence et où il est inévitable, quoiqu’il en coûte, de vivre sans lui mais pas seul. L’Esprit-Saint qui vient, est promis comme un second baptême ; il sera « force » rendra « témoins », aidera à dépasser les doutes et à créer des marcheurs infatigables de l’Evangile, envoyés « à toutes les nations » et chargés de baptiser, c’est-à-dire d’instruire et de féconder de la grâce divine et d’apprendre à chaque nouveau disciple « à observer tout ce que Jésus à proposer comme « commandement », disons comme chemin de vie.

C’est un présent qui par-delà les siècles, nous oblige tous aujourd’hui. Nous aussi –parce que nous voulons mettre nos pas dans ceux de Jésus – nous avons la même mission. Ne pas voir le Christ mais croire en Lui, s’appuyer sur la puissance de son Esprit, témoigner, enseigner, baptiser, tirer en avant, suivre l’invisible et croire, au jour le jour, qu’il est le grand présent à nos vies, à notre monde, à son Eglise toujours en train de se constituer parce qu’il est le Dieu qui unit et réunit.

C’est un présent qui concerne aussi le Christ lui-même, sorti du temps mais qui concerne notre temps et qui nous fait dire avec la Préface du jour : « Le Seigneur Jésus, vainqueur du péché et de la mort, est aujourd’hui ce Roi de gloire devant qui s’émerveillent les anges… »

2 Mais la préface de ce jour continue et tout à coup, comme s’il n’était de rien concerne un avenir qui semble plus lointain. Finalement vers quoi allons-nous ? Qu’attendons-nous encore ? De quoi demain sera-t-il fait ? Ecoutez :

« Il s’élève au plus haut des cieux, pour être le Juge du monde et le Seigneur des seigneurs, seul médiateur entre Dieu et les hommes. Il ne s’évade pas de notre condition humaine ; mais, en entrant le premier dans le Royaume, il donne aux membres de son corps l’espérance de le rejoindre un jour. »

Chers Frères et chères sœurs présents physiquement ou prêts à le redevenir, nous attendons le triomphe total du Christ…nous guettons son retour et il viendra nous chercher. Rappelez-vous, il avait dit à Marie-Madeleine : « Je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu » (Jn 20, 17). Sa gloire sera notre gloire personnelle et commune. De fait, il attire à lui tous les hommes : il est comme un élan. Je me revois près de mon propre père et jouant volontiers avec un gros aimant de mécanicien, la limaille s’amoncelait et formait des boules brillantes qui me fascinaient. Chaque pécheur estimé par la mise en lumière de sa conduite et des secrets de son cœur, miséricordieusement sauvé par Lui, recevra sa vie définitivement et nous unira aux autres autour de Lui. Nous tous formeront le Christ en étincellement. Voilà l’ultime qui nous attend, constituer le Christ glorieux. Si chacun lui est soumis, tous lui seront soumis et st Paul précise bien : « Quand le Christ dira : « Tout est soumis désormais », c’est évidemment à l’exclusion de Celui qui lui aura soumis toutes choses. Et, quand tout sera mis sous le pouvoir du Fils, lui-même se mettra alors sous le pouvoir du Père qui lui aura tout soumis, et ainsi, Dieu sera tout en tous.(1Cor 15, 26-28)

Une pareille vision de ce qui nous attend nous donne comme le vertige : Dieu tout en tous. Le triomphe du Christ est notre triomphe ! Sublime mystère de l’Ascension qui n’est pas réduit à l’image d’une montée vers Dieu mais un envahissement de de la beauté infinie de Dieu Père, Fils et Eprit-Saint. En cette semaine de réflexion consacrée à Laudato Si’, nous pourrions chantonner comme action de grâces du travail déjà accompli par ceux qui ont écouté François en essayant de le mettre en pratique, l’hymne de Sexte chantée en ce temps pascal qui s’achève :

« Le Fils de Dieu, les bras ouverts,
 A tout saisi dans son offrande,
 L’effort de l’homme et son travail,
 Le poids perdu de la souffrance.

 L’élan puissant de son amour
 Attire en lui la terre entière,
 Il fait entrer dans son repos
 Le monde en marche vers le Père…»  Amen

Partager sur email
Partager sur print
[printfriendly]