Jean traite avec grand soin la scène dans laquelle Jésus va confier sa mission à ses disciples. Il tient à préciser ce qui est essentiel. Jésus est au coeur de la communauté, remplissant chacun de sa paix et de sa joie.

Jose Antonio PAGOLA

Pentecôte – A (Jean 20,19-23) “DE L’ARGILE ANIMÉE PAR L’ESPRIT”

Jean traite avec grand soin la scène dans laquelle Jésus va confier sa mission à ses disciples. Il tient à préciser ce qui est essentiel. Jésus est au coeur de la communauté, remplissant chacun de sa paix et de sa joie. Mais une mission attend les disciples. Jésus ne les a pas appelés seulement pour qu’ils se réjouissent avec lui, mais aussi pour le rendre présent dans le monde.

Jésus les «envoie». Il ne leur dit pas spécifiquement vers qui ils doivent aller, ni ce qu’ils doivent faire ni comment ils doivent agir: «Comme le Père m’a envoyé, ainsi je vous envoie moi aussi». Leur mission est la même que celle de Jésus. Ils n’en ont pas d’autre que celle que Jésus a reçue du Père. Ils doivent être dans le monde ce que lui-même y a été.

Ils ont déjà vu de qui il s’est rapproché, comment il a traité les plus démunis, comment il a réalisé son projet d’humanisation de la vie, comment il a semé des gestes de libération et de pardon. Les blessures sur ses mains et sur son côté leur rappellent le don totalqu’il a faitde sa vie. Jésus les envoie maintenant pour “reproduire” sa présence parmi les gens.

Mais il sait que ses disciples sont fragiles. Plus d’une fois, il a été surpris par leur «petite foi». Ils ont besoin de son propre Esprit pour accomplir leur mission. C’est pourquoi il s’apprête à faire sur eux un geste très spécial. Il ne leur impose pas ses mains ni les bénit, comme il le faisait avec les malades et les petits: «Il souffle sur eux et leur dit: Recevez l’Esprit Saint».

Le geste de Jésus a une force que nous ne savons pas toujours saisir. Selon la tradition biblique, Dieu a modelé Adam avec de «l’argile»; puis il a insufflé sur lui son «souffle de vie»; et cette argile est devenue un être «vivant». C’est ce qu’est l’être humain: un peu d’argile animée par l’Esprit de Dieu. Et c’est ce que sera toujours l’Église: de l’argile animée par l’Esprit de Jésus.

Des croyants fragiles, d’une foi faible: des chrétiens, des théologiens, des prêtres, des évêques et des communautés en argile… Seul l’Esprit de Jésus fait de nous une Église vivante. Les zones où son Esprit n’est pas accueilli restent «mortes». Elles nous nuisent tous, parce qu’elles nous empêchent d’actualiser sa présence vivante parmi nous. De nombreuses personnes ne peuvent pas saisir en nous la paix, la joie et la vie renouvelée par le Christ. Nous ne devons pas baptiser seulement avec de l’eau, mais répandre l’Esprit de Jésus. Nous ne devons pas seulement parler d’amour, mais aussi aimer les personnes comme lui.

José Antonio Pagola
Traducteur: Carlos Orduna

Partager sur email
Partager sur print