Deuxième journée de l’Assemblée Provinciale 2021

Le travail de la matinée a porté sur « la spiritualité vincentienne : la joie de suivre le Christ Évangélisateur des pauvres ». L’après-midi, la réflexion était sur : « le style de vie de la Congrégation de la Mission : Communauté avec Esprit pour la Mission ». À la suite de chaque temps de travail en groupe, l’assemblée s’est réunie en séances plénières pour élaborer les engagements à prendre.

Emile Ghali Ghattas

Deuxième journée de l'Assemblée Provinciale 2021

Emile Ghali
Emile Ghali

cmission.fr

Notre deuxième journée de l’Assemblée Provinciale commence par l’oraison et la prière des Laudes. Les travaux de l’Assemblée démarrent par l’approbation du compte rendu de la journée d’hier.

Puis les membres de l’assemblée se sont répartis en 5 groupes pour réfléchir sur les engagements à prendre et à envoyer à l’Assemblée Générale. A savoir les travaux des assemblées domestiques ont été orientés sur le « voir » de notre réalité aujourd’hui et les travaux de l’assemblée provinciale sont à « juger, discerner à partir du charisme de la mission et enfin l’assemblée générale travaillera « l’agir » pour revitaliser la joie de notre identité missionnaire.

Le travail de la matinée a porté sur « la spiritualité vincentienne : la joie de suivre le Christ Évangélisateur des pauvres ». L’après-midi, la réflexion était sur : « le style de vie de la Congrégation de la Mission : Communauté avec Esprit pour la Mission ». À la suite de chaque temps de travail en groupe, l’assemblée s’est réunie en séances plénières pour élaborer les engagements à prendre.

La deuxième séance de travail de l’après-midi était consacrée aux informations données au sujet de :

  • Service des Vocations : Le Père Pierre Marionneau a présenté le travail effectué par ce service au long de ces trois dernières années en insistant sur l’importance de la présence des délégués des communautés au sein de ce service. Il a présenté le tract et le roll-up qui sont préparés pour que les maisons de la Province s’en servent. Il a parlé de ce que le service propose aux jeunes en recherche vocationnelle : Week-end, camps mission, accueil en communauté et intervention dans les établissements scolaires. Enfin, il a donné un résumé sur la session organisée par la CEVIM et la formation proposée sur trois ans par la Curie Générale.
  • Coordination Nationale de la Famille Vincentienne : Le Père Bernard Massarini a présenté la carte des 19 Branches qui se trouvent en France et la réussite de se rencontrer en cette période de pandémie via Zoom. Cette coordination a réussi au cours de ces année de participer au Symposium des 400 ans du charisme vincentien à Rome, de publier le calendrier des saints de la famille, mettre le visage de Saint Vincent sur la façade de la Chapelle à Paris, réaliser la carte des branches et préparer une vidéo pour la journée mondiale des pauvres.

La journée a été clôturée par l’Eucharistie célébrée par le Père Justin Mballa, supérieur de la maison au Canada.

Émile K. Ghali Ghattas, c.m

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Première journée de l’Assemblée Provinciale 2021

Notre confrère Jean Landousies a initié notre temps de méditation autour de trois verbes, chers au pape François : rencontrer – écouter – discerner.

Vincent GOGUEY

Première journée de l'Assemblée Provinciale 2021

Vincent GOGUEY
Vincent GOGUEY

cmission.fr

Nous avons commencé par prendre un temps de récollection pour nous laisser mener par l’Esprit Saint, nous centrer sur l’essentiel. Notre confrère Jean Landousies a initié notre temps de méditation autour de trois verbes, chers au pape François : rencontrer – écouter – discerner.

L’accent de cette intervention était donné sur notre manière d’être avant de nous engouffrer sur ce que nous faisons. Notre être a un incessant besoin d’être nourri par notre attachement au Christ, comme nous le disait si fortement st Vincent. Cela demande à regarder avec sérieux notre capacité à renouveler notre manière d’être en relation, avec le Christ et avec les gens autour de nous, qui peut commencer parfois par nos relations communautaires.

On aura beau faire tous les plans pastoraux que nous voudrons avec une multitude de structures, l’essentiel sera toujours dans la rencontre. Prendre du temps gratuitement, être prêt à l’inattendu, se laisser étonner par les personnes que l’on croise.

L’écoute est une attitude fondamentale du missionnaire pour permettre à la personne rencontrée d’ouvrir son cœur, sans l’interrompre ni chercher une quelconque réponse à apporter. C’est à partir de là que peut s’ouvrir un vrai changement de vie pour la personne et même pour nous missionnaires en acceptant d’être bousculés par ces rencontres.

Enfin le discernement est essentiel pour savoir quoi décider en lien avec la réalité rencontrée et l’exigence de l’évangile. Dans les actions que nous avons à mener, bien repérer la manière dont nous sommes à la suite du Christ et non pas une simple ONG de solidarité.

Nous avons pris le reste de la matinée en silence pour nous laisser interpeller par l’Esprit de Dieu dans la prière.

En début d’après-midi nous nous sommes mis à l’écoute de notre Visiteur (le provincial) qui a fait le bilan de son mandat (3 ans). Occasion de prendre du recul sur les évolutions de notre Province. Tous les domaines sont pris en compte : d’abord quantitatif : quelques chiffres sur l’évolution du nombre de confrères, les communautés ouvertes ou fermées, la gestion de l’immobilier qui nous appartient. Mais aussi sur l’aspect qualitatif dans nos engagements missionnaires dans les différentes structures caritatives ou initiatives missionnaires. Il est intéressant de constater toute une suite d’investissements dans différentes structures (associations, tutelles scolaires, implication dans différents réseaux). Cela permet de mieux appréhender l’ensemble de notre Province et savoir se réjouir tout d’abord de ce qui fonctionne bien avant de regarder un peu plus en détail les domaines à modifier, à améliorer ou à stopper.

Après un échange avec l’assemblée pour quelques petites précisions nous prenons un autre recul en faisant un travail de groupes sur les défis et scénarios envoyés par notre père général au niveau de l’Europe. Une manière d’envisager l’avenir sans se recroqueviller sur nous.

Interrogation sur nos engagements en paroisse (comment faire pour que notre charisme soit pleinement vécu ?) ; entrer dans la culture de la vocation ; s’impliquer dans de nouvelles formes d’évangélisation ; repenser nos missions populaires ; comment servir le clergé ; investir pour une formation commune ; renforcer le sens missionnaire ou encore créer de nouvelles collaborations soit dans la Famille Vincentienne soit avec d’autres groupes.

Le but de ces temps de réflexion en petits groupes est de pouvoir décider, au cours de l’assemblée, des priorités pour redynamiser nos actions missionnaires.

En fin d’après-midi, nous avons porté ces préoccupations au cœur de l’eucharistie pour nous ressourcer. Et le soir nous nous sommes encore retrouvés en assemblée pour aborder le bilan de l’économat provincial. C’est toute l’exigence d’un bon gérant qui a reçu des dons à gérer pour le bien de la mission. 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Ouverture de l’Assemblée Provinciale 2021

En cette fin d’après-midi du dimanche 24 octobre les confrères arrivent dès 16h30 dans le splendide parc de la maison des Filles de la Charité de l’Hay-les-Roses, par une belle fin d’après-midi ensoleillée.

Bernard MASSARINI

Ouverture de l'Assemblée Provinciale 2021

Bernard MASSARINI
Bernard MASSARINI

cmission.fr

En cette fin d’après-midi du dimanche 24 octobre les confrères arrivent dès 16h30 dans le splendide parc de la maison des Filles de la Charité de l’Hay-les-Roses, par une belle fin d’après-midi ensoleillée. Tous s’installent et se retrouvent dans le réfectoire pour l’apéritif aux saveurs de la Grèce, nos frères de Thessalonique ayant pensé à l’Ouzo et les excellentes olives noires et vertes…

20h30 Une fois tous dans la salle, le P. Christian MAUVAIS, visiteur, déclare ouverte l’assemblée provinciale. Il remercie les confrères des commissions qui ont préparé l’assemblée, organisant les élections, collectant les remontées des assemblées domestiques et élaborant le documentus laboris. Il rappelle que nous sommes en période de crise sanitaire et après avoir eu le passe-sanitaire contrôlé, il nous invite à respecter le port du masque lorsque nous nous déplacerons dans la maison.

Le visiteur a nommé le père MBALLA AWONO pour représenter la mission du Canada, le frère AZOUZ pour représenter les frères et le père PLANCHOT pour une représentation de tous les âges. Nous sommes donc 20 délégués, 3 appelés, 6 membres d’office, mais 28 votants présents ce soir.

Ont aussi été invités Denis COUDREAU pour représenter des diacres permanents vincentiens, qui ne peut être là à cause de la Covid. Nous n’aurons donc pas les diacres vincentiens. Le Père ONEYACASHI est invité pour représenter les confrères étudiants. Il rappelle que nous voterons des postulats, nous élirons un délégué et un substitut et donnerons trois noms de confrères en vue de l’élection du prochain supérieur général à l’Assemblée de juin 2022.

Les scrutateurs du vote sont le père M. ANDREI et le frère AZOUZ. On commence par élire l’animateur principal de l’assemblée à majorité absolue : au deuxième tour le père Roberto GOMEZ est élu. Au vote suivant nous élisons l’animateur adjoint : Frédéric PELLEFIGUE

Nous élisons le secrétaire principal à majorité relative, le père Jérôme DELSINNE, puis le secrétaire suppléant Bernard MASSARINI.

Enfin, le directoire est voté à main levé à la quasi-unanimité. L’Assemblée peut donc continuer demain matin et pour ajuster avec le service nous commencerons par l’oraison à 7h15 puis les Laudes suivies du petit-déjeuner. La première séance de travail de l’Assemblée débutera à 8h45. Demain matin nous commencerons par la récollection animée par le P Jean LANDOUSIES sur le thème de l’Assemblée générale.

Equipe de communication  

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

ŒUVRE DU BIENHEUREUX JEAN-GABRIEL PERBOYRE

Cette œuvre a permis des réalisations comme la construction et l’entretien de chapelles, églises, écoles, dispensaires, foyers d’accueil... ; la formation des séminaristes et des religieuses ; le soutien de projets locaux pour la promotion des pauvres surtout des femmes, des enfants, des prisonniers, etc. Enfin, l’œuvre a propagé et entretenu, grâce à une revue, la dévotion à Saint Jean-Gabriel Perboyre. Beaucoup d’œuvres, à travers le monde, portent le nom de ce saint.

Père Audace MANIRAMBONA

PRESENTATION DU SERVICE DES MISSIONS LAZARISTES - ŒUVRE DU BIENHEUREUX JEAN-GABRIEL PERBOYRE

Introduction

Très peu de personnes, même parmi les Lazaristes, connaissent l’histoire du Service des Missions Lazaristes – Œuvre du Bienheureux Jean-Gabriel Perboyre. Et pour cause, le premier article sérieux paru à ce sujet date de 1934[1]. C’est dans cet article que j’ai puisé l’essentiel de mon propos auquel j’ajoute les changements intervenus depuis ce temps.

L’Œuvre possède deux appellations : « Œuvre du Bienheureux Perboyre » et « Service des Missions Lazaristes ». La question a été posée, à savoir s’il fallait choisir entre les deux appellations ou les ajouter l’une à l’autre, mais elle n’a pas été tranchée[2]. La plupart du temps le courrier et les chèques sont adressés au « Service des Missions » mais il vaut mieux préciser « lazaristes » pour ne pas confondre avec les « Missions étrangères ». Nous continuerons donc à appeler cette œuvre par ses deux noms, souvent accolés, même si nous en changeons le sigle qui devient : SDML-OBJGP[3] et que son saint-patron a déjà été canonisé.

Un peu d’histoire

L’œuvre des missions lazaristes existe depuis un peu plus d’un siècle et demi. « Son origine remonte à l’action d’un frère de la Mission Joseph Génin, dans les années1860. En 1894, cette œuvre reçut pour saint patron Jean Gabriel Perboyre, mort martyr en Chine, béatifié en 1889 et canonisé en 1996. Cette œuvre fut confiée ensuite aux Pères Angeli puis Baros. En 1932, le Père Verdier en faisait approuver les statuts par l’Archevêque de Paris, comme ‘’pieuse association’’. Le père Collard assura son développement, aidé du Père Tordet qui lui succédera et bien d’autres. »[4]

Evolution du but de l’œuvre :

Son but consistait d’abord à « aider les missions des Lazaristes et des Filles de la Charité » à l’étranger (Chine, Éthiopie, …), en collectant et acheminant des dons mis à leur disposition par des bienfaiteurs ou des familles en France. Aussi, le service reste à la disposition des missionnaires lazaristes Français, Italiens, Polonais, Slovènes, Malgaches, Espagnols, Vietnamiens, Libanais, Camerounais ainsi qu’à d’autres missionnaires (Camilliens, Oblats et même des diocésains) qui lui ont fait confiance.

Dès les années 90 et pendant une vingtaine d’années, à cette mission d’aide, vint s’ajouter la tâche de Secrétariat exécutif du Conseil des Missions des Provinces de France[5] (Paris, Toulouse) et de Madagascar. Depuis 2007-2008, le service ambitionne d’être un organe de « solidarité spirituelle et financière entre les missionnaires et leurs bienfaiteurs ».

Cette œuvre a permis des réalisations comme la construction et l’entretien de chapelles, églises, écoles, dispensaires, foyers d’accueil… ; la formation des séminaristes et des religieuses ; le soutien de projets locaux pour la promotion des pauvres surtout des femmes, des enfants, des prisonniers, etc. Enfin, l’œuvre a propagé et entretenu, grâce à une revue, la dévotion à Saint Jean-Gabriel Perboyre. Beaucoup d’œuvres, à travers le monde, portent le nom de ce saint.

Fonctionnement de l’œuvre :

En général, le bienfaiteur de l’œuvre est en contact direct avec le missionnaire qu’il soutient, par courrier postal ou électronique (email). L’œuvre se charge d’acheminer l’aide accordée. Il va sans dire que le Service des Missions n’a pas de registre propre des bienfaiteurs. Il ne semble même pas souhaitable de contacter directement les bienfaiteurs sauf après avoir requis l’avis des missionnaires que ces bienfaiteurs soutiennent.

Actions depuis 2011 :

Dans un premier temps nous avons contacté les missionnaires pour leur faire un état des lieux du Service et ses nouvelles orientations. Il s’agissait de :

  • Leur communiquer la mission qui a été assigné au nouveau directeur, à savoir de redynamiser l’œuvre ou, comme cela a été dit dans deux Paris Écho[6], « Il s’agit de créer des liens nouveaux » (cf. PE 6/2007) ; « développer la coopération entre les missions ad gentes et les communautés en France. » – « rechercher des voies nouvelles de collaboration et d’animation » (cf. PE 10/2007 p.3-4).
  • Leur dire que nous y avons travaillé pendant trois ans et qu’il nous a paru nécessaire de collecter des informations précises sur les relations que le confrère soutenu entretenait avec son bienfaiteur (sont-elles strictement familiales voire amicale ? peuvent-elles être situées dans un grand ensemble ?). Notre but était d’élargir leur univers du don et de la solidarité, « attirer leur attention sur d’autres possibilités » car les besoins deviennent impérieux aussi bien à l’étranger qu’en France – du fait d’une pauvreté grandissante dans toutes les couches de la population – et puis, leur montrer aussi qu’ils comptent pour nous et qu’ils peuvent compter sur notre soutien spirituel… Il y a aussi la jeunesse qui, en Occident, est sans repères spirituel, matériel, familial. Elle pourrait trouver, en fréquentant Saint Jean-Gabriel Perboyre, un reflet qui avait une vie simple et un idéal très fort (mourir pour une bonne cause).

Ensuite nous avons essayé de créer une newsletter pour, à la fois, les donateurs et les missionnaires usagers de l’œuvre des missions. Elle annoncerait les manifestations à venir : la messe du 11 de chaque mois en l’honneur de saint Jean-Gabriel Perboyre ; la vente de charité annuelle (devenue Journée de Mission-Solidarité au printemps) ; des journées d’amitié et de formation des bénévoles à la spiritualité vincentienne (étude de l’histoire de Jean-Gabriel Perboyre), la journée commémorative du martyre de saint Jean-Gabriel Perboyre à la rue du Bac (le 11 septembre), etc. A la place de la newsletter, nous n’avons pu créer qu’un site web : http://smlperboyre.org/

Sans vouloir alourdir l’animation, nous avons aussi essayé de constituer une association (équipe, groupe, amicale) des Amis de Jean-Gabriel Perboyre, composée de laïcs et de religieux qui soutiennent l’œuvre et qui tous s’en sentent acteurs à part entière. Ce dossier est toujours en chantier. Ce qui n’est pas sans poser des questions quant à l’action concrète des bénévoles et à la traçabilité de leur travail.

Nous continuons à nous structurer. Nous avons pris contact et nous ambitionnions d’organiser un pèlerinage au Puech, commune de Montgesty, à l’occasion du 220ème anniversaire de naissance de notre saint patron. Mais, il faut le reconnaître, la période covid-19 que nous venons de traverser a fortement impacté notre action. Il faudra mobiliser beaucoup d’énergie pour redynamiser ceux et celles qui veulent continuer l’aventure du soutien des missions sous le patronage de Saint Jean-Gabriel Perboyre. Que celui-ci intercède pour nous et pour les missions !

                                                                                                                                                                                                                                                                                    Père Audace MANIRAMBONA, cm

[1] Cf. Joseph COLLART, L’œuvre du Bienheureux Jean-Gabriel Perboyre, 1934 (Histoire de l’œuvre et statuts approuvés en 1932).

[2] Cf. Note de service (sans auteur), du 23 janvier 2000.

[3] Les habitués connaissent le sigle SDM-OBP qui était en usage jusque-là.

[4] Note de service (S.A.), du 23 janvier 2000.

[5] Projet provinciales 1983et Normes provinciales, Viviers, 1983, p. 47-48.

[6] Lettre de liaison de la Province lazariste de Paris.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Echo de la fête de Saint Vincent de Paul au Berçeau

Le Berceau de st Vincent de Paul nous fait écho des festivités vécues autour du 27 septembre pour honorer notre saint patron. La joie et l’enthousiasme étaient au rendez-vous.

Vincent Goguey

Echo de la fête de Saint Vincent de Paul au Berçeau

Le Berceau de st Vincent de Paul nous fait écho des festivités vécues autour du 27 septembre pour honorer notre saint patron. La joie et l’enthousiasme étaient au rendez-vous, il nous les partage (Cliquez ici)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print