La CEVIM au service des sans-abris

En 1994 le Père Maloney, supérieur général, souhaitait voir la Congrégation de la Mission rejoindre L’ONU pour y porter la voix des pauvres. C’est en 1998 qu’elle postulera et sera reconnue.

Bernard Massarini

La CEVIM au service des sans-abris

En 1994 le Père Maloney, supérieur général, souhaitait voir la Congrégation de la Mission rejoindre L’ONU pour y porter la voix des pauvres. C’est en 1998 qu’elle postulera et sera reconnue.

De mon côté, en 2002, étant rentré d’Amérique du Sud et ayant entendu que les Équipes Saint Vincent sont présentes au Conseil de l’Europe, je vais rejoindre la représentante des Équipes une année durant à Strasbourg. La déléguée des ESV était devenue la présidente de la commission grande pauvreté du Parlement où des associations (parmi lesquelles une cinquantaine d’associations et congrégations chrétiennes) font entendre la voix des chrétiens associés à d’autres associations protestantes et juives.

Lors de la session, l’équipière, amie de la Secrétaire du Conseil des Ministères du Conseil de l’Europe, me demande de rédiger une lettre pour postuler un siège. Je vais donc collecter ce que développent les provinces de la CEVIM au niveau social, des migrants, des sans-abris et de l’éducation interreligieuse. La secrétaire du conseil des ministres, heureuse de ce qu’elle apprend, dit qu’elle soutiendra notre candidature si nous la déposons. Cela aura pour conséquences de faire que la CEVIM ait sa rencontre en Slovénie pour écouter la déléguée des ESV en vue de réfléchir à la nomination d’un confère à ce service, soit 16 jours par an de présence à Strasbourg, mais il a été décidé de ne pas donner suite.

À l’O.N.U. l’équipe des vincentiens est composée des AIC (Équipes Saint Vincent) Filles de la Charité, Congrégation de la Mission, Société Saint Vincent de Paul et Fédération des Sœurs de la Charité américaines ; cette équipe porte la voix des plus fragiles au sein de cet aéropage.

Le Père Grégory GAY, ancien Supérieur Général, va prolonger ce service en chargeant ce confrère de créer un réseau VIN-JPIC Vincentiens-Justice, Paix Intégrité (ou Sauvegarde de la Création). Les visiteurs sollicités nommeront des délégués. Pour la CEVIM, 10 des 11 provinces choisiront un répondant. Le réseau VIN-JPIC est né. Ayant une ample connaissance des divers services que nous faisons comme CEVIM, notre représentant à l’ONU, le père CAMPUZANO, me demandera de l’aider, sollicitant pour cela le père Ziad HADDAD, visiteur du Liban, alors président de la CEVIM, pour qu’il me nomme correspondant continental.

C’est en avril 2021, que notre nouveau représentant de la Congrégation : Jim CLAFFEY a proposé aux délégués provinciaux VIN-JPIC une rencontre pour démarrer le travail, moi présent comme coordinateur continental. Comme nous n’étions que 4 présents sur les 10 représentants nommés, Jim CLAFFEY a proposé que nous centrions notre collecte d’informations sur nos activités comme CEVIM avec les Sans-Abris. Après avoir patiemment été à la pêche à l’information, je viens vous livrer la richesse de ce que 6 des provinces de la CEVIM : Espagne, France, Irlande, Italie, Liban et Slovénie, font au service des sans-abris. Je vous propose un panorama de nos diverses actions.

En France

2 types de présence sur le territoire : le collectif pour la mort des errants MSMA (Marseille Solidaire de la Mort des Errants) qui l’an dernier a accompagné 14 personnes mortes dans l’abandon, car le collectif ne se charge plus seulement des sans-abris, mais des personnes sans descendants, sans famille ou proches au moment de la mort.

L’ancienne maison des lazaristes : “Tour Sainte” dénommée aujourd’hui « le Mascaret » un hébergement temporaire pour des sans-abris ayant vécu à la rue de longues années, qui a été confiée à une association Habitat Alternatif Social (H.A.S). Sont accueillis 8 sans-abris, plus 55 et 70 (moyenne d’âge 66 ans) qui viennent réapprendre la vie en collectivité pour se préparer à rejoindre l’EHPAD ou un logement, en bénéficiant d’un accompagnement. Ils demeurent quatre ans environ sur place avant de vivre leur nouvelle étape.

Et un service en Grèce

À Thessalonique les confrères accompagnent les sœurs de Mère Térésa pour distribuer nourriture et produits d’entretien à environ 300 personnes parmi lesquelles de nombreux migrants. Parfois ils peuvent offrir des légumes récupérés du supermarché qui les leur cède.

Ils ont en projet l’achat d’une maison pour aider les personnes à avoir des douches, des vêtements et des boissons chaudes.

En Espagne

A Anujar (Jaen) un centre d’accueil de 14 places avec chambres simples, doubles et triples et une pour personne handicapée. Il y a des w.c. douches, machine à laver le linge et tout est fait pour permettre l’expression paisible des usagers. Sont réalisés des ateliers les invitant à participer à la vie du lieu.

Salamanque le projet Ranquines d’accueil de jour pour personnes ayant troubles mentaux. 40 accueils simultanés possibles. Il y a repas, douche, lingerie et des services d’aide spécifiques pour les aider à conserver la meilleure autonomie possible

Valladolid, le Projet de la Médaille Miraculeuse, dans les locaux d’une paroisse vincentienne, projet pour 30 personnes ayant des troubles mentaux dus à l’expérience de la rue. Une consigne, le petit-déjeuner, la douche, le lavage du linge, le coiffeur et le podologue.

L’objectif de ce service est de faire que toutes ces personnes retrouvent l’autonomie qui les caractérisait avant qu’ils n’entrent dans leurs troubles.

En Irlande

La paroisse tenue par les confrères met l’église à la disposition des sans-abris toute la journée pour 5 à 10 personnes en même temps. Ceux-ci recherchent des solutions d’hébergements temporaires pour les plus stables. 2 d’entre eux sont accueillis dans la maison des confrères. Quelques hébergements temporaires sont fournis par les personnels sociaux de la municipalité pour le suivi des personnes.  

Italie

A Catane Sardaigne « l’Auberge du Samaritain » qui peut loger 30 personnes sans-abris pour 24 h. Il y a aussi un dortoir pour hommes, une nuit seulement de capacité de 20 places.

A Côme avec la Société Saint Vincent de Paul distribution de repas aux sans-abris.

A Rome au Léonien avec les Dames de la Charité une fois par semaine : douche, petit-déjeuner et service d’écoute pour les sans-abris ainsi que pour des personnes victimes de violences familiales et d’addiction.

Au Liban

Sous les ponts de Beyrouth et jusque dans les camps de fortune distribution de nourritures ; près de 300 personnes en bénéficient. Parfois distribution de matelas ou de sac de couchage pour éviter que les personnes dorment sur le sol.

Slovénie

L’association des « Bénévoles de Saint Vincent de Paul», est devenue association à caractère humanitaire, conduite par 2 confrères. Depuis 2006 a été ouvert un Centre de jour pour sans-abris, avec services d’hygiène. Le centre est annuellement visité par environ 800 personnes. L’association compte 14 permanents et 200 bénévoles. Ce service se couple avec des activités visant à la réintégration des usagers. Certaines possibilités d’hébergements sont aussi offertes. Il y a des ateliers créatifs de jeux partagés. Sont aussi disponibles gâteaux, nourritures, légumes et l’on prend soin de préparer de bons aliments. Les après-midis sont réservés aux douches, soins personnels et lavage du linge. Les soupers sont préparés en commun et la télévision est regardée ensemble, le sport des championnats, les vendredis des films sont projetés. Ceci recrée pour tous un espace de communication sain.

Le foyer pour sans-abris de 7 lits, où on leur apprend à gérer ce nouvel espace. Certains grâce à cela retrouve le goût de reprendre une vie stable.

Les maraudes sur Ljubjana pour ceux qui ne viennent pas au centre. Ceux-ci sont visités aussi à l’hôpital ou à la prison. Distribution de nourriture dans la ville de Nova Gorica du lundi au vendredi avec l’essai de résoudre les difficultés qu’ils rencontrent. Ils sont aussi parfois conduits d’une ville à une autre plus proche.

On essaie de leur redonner une certaine autonomie, ils peuvent ainsi ne plus avoir besoin des services de secours. Certains se voient proposer des logements partagés ce qui les stabilise et leur donne de nouveau la chance d’équilibres retrouvés.  

On réfléchit à des actions partagées : visites, piscine et autres activités qu’ils auraient du mal à pratiquer seul. Nous le voyons, autant de projets dans lesquels les Confrères se sont investis pour aider leurs semblables sans-abris.

Vincentiens continuons à inventer pour continuer ce souffle que Saint Vincent nous a laissé !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Compte-rendu de la rencontre de la famille vincentienne en visioconférence le 8 mars 2021

Ce lundi 8 mars, la coordination de la famille vincentienne, après avoir hésité à se retrouver en présentiel au 95 de la rue de Sèvres à Paris a préféré, par sécurité sanitaire en raison de l’épidémie, se retrouver en visioconférence. De 9h30 à 11h30, chaque branche représentée a pu partager ce qu’elle vit en cette longue et douloureuse période de pandémie.

Bernard Massarini

Compte-rendu de la rencontre de la famille vincentienne en visioconférence le 8 mars 2021

Ce lundi 8 mars, la coordination de la famille vincentienne, après avoir hésité à se retrouver en présentiel au 95 de la rue de Sèvres à Paris a préféré, par sécurité sanitaire en raison de l’épidémie, se retrouver en visioconférence. De 9h30 à 11h30, chaque branche représentée a pu partager ce qu’elle vit en cette longue et douloureuse période de pandémie. C’est par un court temps de prière méditatif sur saint Joseph, père de l’inventivité, que nous avons ouvert notre temps commun.

La plupart des branches de la coordination de la famille vincentienne en France étaient présentes (Equipes saint Vincent/AIC-France, Congrégation de la Mission, Congrégation des Fils de la Charité, Filles de la Charité, Société de saint Vincent de Paul, Religieux de saint Vincent de Paul, Jeunesse Mariale Vincentienne, Archiconfrérie de la sainte Agonie, Sœurs de l’union Chrétienne de saint Chaumond, Sœurs de la Charité de Strasbourg, Sœurs de la Charité de sainte Jeanne-Antide Thouret, Le Rosier de l’Annonciation et l’Association de la médaille miraculeuse. Seuls manquaient les sœurs Missionnaire de l’Evangile, la Congrégation de saint Vincent de Paul de Lendélédé et la Maison du Missionnaire. Nous avons eu la joie d’accueillir les Fils de la Charité en la personne du supérieur général, le Père Emmanuel Kouamé Say, content d’être enfin des nôtres.

Nous avons commencé par nous raconter les faits nouveaux depuis notre dernière rencontre.

Ce sont les Sœurs de la Charité de Strasbourg qui nous partagent la situation sanitaire nous évoquant 5 sœurs touchées par la Covid, ce qui entraine la fermeture de la communauté des sœurs dans l’un des établissements de santé de Strasbourg. Elle nous dit que ce fait accélère la dynamique de retrait des sœurs que le passage à la fondation saint Vincent avait mis en route. Elle nous informe que la fédération des congrégations de langue allemande (2500 sœurs) fêtera ses 50 ans cette année.

Lien vers la revue « Le Lien » des Sœurs de la Charité de Strasbourg : https://www.calameo.com/read/006253895601264894b10

Nos frères Religieux de saint Vincent de Paul nous partagent que malgré la suppression de tous les séjours au ski, les contacts continuent avec les jeunes même si les activités sont restreintes. Cette année ils vont commencer à fêter la mémoire du père Planchat, premier prêtre de la congrégation, mort martyre de la foi, à Paris, en 1871.

Les sœurs de la Charité de sainte Jeanne-Antide Thouret nous font part de la situation complexe de leurs sœurs en Ethiopie dans la zone de conflit. Elles ont pu avoir la visite de la supérieure provinciale par une mission de l’ONU qui a assuré le transport et la sécurité de la sœur.

Les sœurs de L’Union Chrétienne de saint Chaumond, qui continuent leur mission éducative auprès des jeunes, constatent le mal-être grandissant de ces jeunes. Elles ont dû reporter leur Assemblée Générale et envisagent de la faire cette année, même si leur communauté des Etats-Unis ne peut être présente.

Les Equipes Saint Vincent-AIC France (FFESV) : si certains membres ont dû diminuer leurs actions, en raison de l’âge et par prudence, elles ont constaté un dynamisme qui a bénéficié de l’apport de nombreux jeunes désoccupés, heureux de servir, que ce soit par l’aide alimentaire ou les cours d’alphabétisation qui se faisaient sur les réseaux sociaux, les rencontres en présentiel étant déconseillées. Elles disent leur joie de l’accueil de jour « Louise et Rosalie ». Les présidents des membres fondateurs de ce projet laissent la place à de nouveaux membres pour la gestion et le développement de celui-ci.

L’archiconfrérie de la sainte Agonie nous redit que les rencontres mensuelles à la chapelle saint Vincent de Paul à Paris tous les premiers vendredis du mois ont souffert de la pandémie, mais qu’ils vont maintenir le triduum fin avril.

Les Sœurs du Rosier de l’Annonciation, en Corse, continuent à faire la catéchèse. Elles sont heureuses d’avoir été sollicitées pour accueillir une mère célibataire et ont été retenues pour le bon service qu’elles offrent afin qu’à l’avenir, si d’autres cas se présentaient, elles puissent aider à remettre sur pieds ces personnes fragiles et en situation de précarité. La pensionnaire qu’elles ont accueillie a retrouvé un certain équilibre de vie. Les Soeurs apprécient ce nouveau service dans leur mission au service de la famille vincentienne.

Jeunesse Mariale Vincentienne : dans les équipes, les situations sont différentes selon les lieux, mais les contacts avec les jeunes et leurs familles demeurent, même lorsque les activités ne peuvent plus avoir lieu. Au niveau de l’équipe nationale, un travail autour d’actualisation de différents documents et outils pédagogiques se poursuit. Les liens avec l’équipe internationale et avec les autres pays se renforcent grâce aux outils numériques. 

Les Lazaristes (CM) nous informent qu’ils avaient déjà eu 3 cas de Covid à la maison mère et que depuis quelques jours 4 cas supplémentaires se sont révélés. L’accueil à la maison a par conséquent été modifié en adaptant  des heures d’ouverture plus restreints : l’accueil est fermé entre 12h et 14h tous les jours et plus tôt en soirée. La journée annuelle de formation n’ayant pas pu avoir lieu, les frères se sont retrouvés en matinée par visio conférence. Plusieurs avaient répondu à l’invitation de la province de témoigner sur leur façon de vivre les confinements. Vous pouvez consulter ces témoignages sur le site : https://www.cmission.fr/

 

La Société saint Vincent de Paul (SSVP) note que la pandémie a révélé une capacité à l’inventivité pour demeurer au service des pauvres. Ils retravaillent en ce moment leurs statuts pour que leurs 117 entités juridiques aient des liens plus clairs et soient davantage en lien. Ils rappellent que si la SSVP œuvre au service des pauvres, elle a pour finalité la conversion du cœur pour retrouver le goût de Dieu.

Nous continuons en évoquant le projet des 13 maisons. Nous rappelons qu’il est la mise en œuvre concrète de la dynamique de la Famille Vincentienne au service des sans-abris, fondée lors de l’anniversaire des 400 ans du charisme. Nous évoquons la lettre du père général qui nous invite à entrer dans la démarche nous rappelant que l’objectif était sur cinq ans de faire diminuer de 10.000 le nombre de sans-abris. Il rappelle que déjà plus de 5000 ont été relogés définitivement dans 40 pays avec 18 partenaires conduisant les projets. Nous rappelons que l’Alliance Famille Vincentienne pour les sans-abris (FHA en anglais) a permis qu’une session ait lieu à l’ONU sur la question des sans-abris et qu’une décision ait été votée, elle sera transmise à tous : c’est l’illustration de la force des vincentiens capables de faire parler les représentants des états les plus pauvres de nos sociétés : les sans-abris.

Le coordinateur nous rappelle qu’en Europe (Angleterre, Pays-Bas, Espagne, Slovénie, Roumanie, Pologne et Ukraine) la famille vincentienne a déjà relogé des personnes de la rue. Il nous rappelle qu’en France, si aucune de nos actions n’a redonné du logement aux sans-abris, nous avons plusieurs actions dans cette direction :

  • la SSVP : maraudes à Paris, Toulouse et Nantes, et chenil pour aider les sans-abris durant leurs consultations où leur animal de compagnie n’est pas toléré.
  • La congrégation de la Mission : elle a offert un bâtiment pour loger des sans-abris de longue durée avant qu’ils n’entament leur séjour en EHPAD.
  • A Marseille, la famille vincentienne est présente au service de funérailles des personnes qui décèdent à la rue.
  • Plus récemment à Paris, un service en coordination entre les Equipes saint Vincent, la Société saint Vincent de Paul et la Congrégation de la Mission a vu le jour au 95 rue de Sèvres avec l’accueil de jour « Louise et Rosalie » pour femmes à la rue.

Plusieurs réagissent en disant que nous risquons la politique du chiffre qui n’est pas notre tradition, et d’autres rappellent qu’il ne s’agit pas seulement de donner un toit mais d’aider à la sortie, ce qui exige plus d’efforts et de compétences. Certains vont même jusqu’à rappeler le péché de David qui voulait compter sa force, allant contre le désir de Dieu.

Rappelant que sans entrer dans ces logiques de chiffres qui ne sont plus signe de l’esprit vincentien, le coordinateur nous signale avoir découvert à Nantes : « l’hôtel saint Vincent », une résidence avec 28 chambres : douches communes, une cuisine, un séjour, un jardin, une boutique et une épicerie solidaire, qui accueille des sans-abris et des demandeurs d’asile pour une période de 3 mois, avant qu’ils ne trouvent un toit pour la reprise d’une vie ordinaire.

C’est alors que le président de la Société saint Vincent de Paul évoque un autre centre à Grenoble et un autre dans l’Essonne. Nous allons voir s’ils correspondent à ce travail d’aide à la sortie de la rue des personnes sans domicile afin de les comptabiliser et les transmettre comme propositions de l’opération « 13 maisons » en France.

Vient alors le temps de parler de la communication commune avec le projet de la rendre plus vivante. Le coordinateur nous rappelle qu’il a pris le temps de chercher sur nos divers sites des informations qu’il a communiquées au site famille vincentienne : https://famvin.org/fr/ permettant de mieux connaitre ce que nous faisons. La présidente de la Jeunesse Mariale Vincentienne explique que pour des raisons de listage informatique, ils préfèrent eux-mêmes communiquer ce qu’ils souhaitent partager.

Le coordinateur de la famille vincentienne en France rappelle qu’il a transmis au nouvel espace audiovisuel commun les diverses vidéos que nous avons en français. Ainsi nos diverses actions et projets sont visibles pour un plus grand nombre au plan international et utilisables.

Plusieurs d’entre nous demandent à leur chargé de communication de communiquer à Marie-Pierre les informations à transmettre. Plusieurs expriment la difficulté à faire ce travail d’information dans leur propre institut et voient par conséquent difficile de répercuter  l’information sur les réseaux de la famille vincentienne.

A  11h15, nous choisissons de nous séparer, le thème restant à traiter  nécessitant plus de temps que le temps qu’il  nous reste. Un prochain sondage doodle nous permettra de fixer notre rencontre de novembre 2021.

La coordination de la famille vincentienne

Partager sur email
Partager sur print

Relecture au temps d’un confinement

Lorsque le 17 mars commence le premier confinement, c’est tout d’abord le souvenir de mon expérience missionnaire en Bolivie qui m’a permis de penser à m’organiser. Nous ne recevions plus hebdomadairement les personnes sans-abris au repas, seule l’équipe a continuée à se retrouver. Les célébrations étant interdites à cause du cluster produit en milieu de culte évangélique, le confrère en paroisse se retrouvait sans activités.

Bernard Massarini

Relecture au temps d’un confinement

Je dois vous le confesser lorsque j’ai entendu parler de confinement en mars, à cause de l’écriture d’un livre qui va sortir en février. Un livre suscité par plus de 10 ans en ministère auprès de personnes homosexuelles et transgenres, que j’avais entreprise, depuis septembre 2019, j’avais un rythme quasi monacal. Comme vous l’avez su pour faire ce travail de théologie morale j’avais souhaité être accompagné par le Centre Sèvres, ce fut la raison de mon placement à Amiens. J’y suis arrivé en septembre pour la fête patronale ; la saint Firmin, et excepté la messe dominicale lorsque venait notre tour sur Sainte Anne, ou pour aider le curé, et ma rencontre hebdomadaire des personnes de la rue dans un accueil conduit par des chrétiens actifs dans la diaconie samarienne[1] que je rejoignais chaque semaine le jeudi, j’étais consacré du matin au soir 7 jours sur 7 à l’écriture…

Aussi entendre parler de « confinement » m’a surpris qu’est-ce que cela allait changer dans mon rythme ? J’ai terminé la première phase d’écriture presque au moment où nous entrions en confinement. Il m’a fallu partir à la recherche d’un évêque qui accepte de préfacer mon travail, mais ayant terminé l’’écriture, si j’avais appris à gérer le peu de rencontre, et la solitude qui en découle sans que cela ne me coûte trop, grâce à la présence des confrères, il allait falloir que je trouve comment emplir mon temps car je ne suis pas un inactif. J’avais pensé rejoindre le réseau « Welcome » (de familles d’accueil de jeunes migrants en attente de papiers) poursuivant ainsi mon travail entrepris à Dax alors que j’étais diocésain de la pastorale des migrants, mais cela aussi était à l’arrêt.

Lorsque le 17 mars commence le premier confinement, c’est tout d’abord le souvenir de mon expérience missionnaire en Bolivie qui m’a permis de penser à m’organiser. Nous ne recevions plus hebdomadairement les personnes sans-abris au repas, seule l’équipe a continuée à se retrouver. Les célébrations étant interdites à cause du cluster produit en milieu de culte évangélique, le confrère en paroisse se retrouvait sans activités. Mon souvenir de la saison des plus en Bolivie :  trois mois de pluie, sans pouvoir sortir de la maison, une maison de 2 pièces :  la chambre au toit doublé la cuisine en tôle ondulée. Avec la pluie tombant jour et nuit et nuit et jour sans arrêt, vous comprenez que la cuisine était inhospitalière, il ne restait que la chambre. Je dois vous avouez que la première année, sans électricité, sans téléphone, sans courrier, j’ai cru devenir fou. Ayant retrouvé des manuscrits sur parchemin du XVIIe siècle, manuscrits rapportant les visites canoniques, j’ai dû apprendre à déchiffrer l’espagnol ancien. Ceci m’a conduit à travailler sur l’évangélisation des indiens au XVIIème dans l’Altiplano Bolivien. Ce qui m’a permis de terminer, avec l’accord gracieux de l’Institut Catholique de Toulouse ma maitrise en théologie.

Comme je venais de lire de articles d’actualité sur l’accord Chine-Vatican et les multiples critiques çà et là. Je suis tombé sur un intéressant article de Mr Criveller un sinologue qui rapportait la mission d’un nonce pour lequel avait été choisi Mr Appiani, un confrère italien, pour être traducteur de nonce. J’ai contacté le père Lautissier qui m’a passé une pièce microfiché de la seule note restante nos archives qui en parlait. Toutes les copies de nos annales ayant été détruit sur demande de la congrégation pour les congrégations religieuse, car elles contenaient une mémoire « infamante des jésuites. C’est donc un texte de 300 pages que j’ai reçu. J’avais de quoi occuper mon esprit. Comme je ne voulais pas avoir un seul thème j’ai été mis au courant par des amis homosexuels d’une thèse d’un prêtre belge présentée l’an dernier à Louvain sur la théologie du baptême pour repenser la pastorale avec les personnes aux sexualités différentes. J’avais don un travail pour le matin et celui de l’après-midi.

Cela m’a conduit à faire des fiches de lectures d’une quinzaine de page chacune résumant les découvertes faites par ces deux textes. J’ai fait suivre le travail sur la Chine aux Cahiers Vincentiens et au service de communication de la congrégation peut être pour Vincentiana, quant au texte sur la sexualité, je l’ai fait suivre à des personnes intéressées par le sujet, avec qui je suis en lien, leur permettant d’avoir des outils pour les services qu’ils déploient avec ces croyants aux diverses sexualités. 

Comme Amiens est une communauté agréable et que la période d’avril a été chaude j’ai pu les après-midi une heure durant m’asseoir dans le charmant jardin goûtant la chaleur printanière en parcourant la presse ou me penchant sur des textes que l’on m’avait passé pour continuer à vivre le charisme vincentien de service.

Le reste était fait des temps de prière communautaire du matin offices et oraison commune suivi deux fois dans le mois d’un partage d’évangile de notre rencontre communautaire mensuelle et nos week-ends avec l’apéritif saturnal et le dominical, pris dans la chaleur fraternelle, que j’ai partagé sur Facebook, a donné à tous les amis qui découvraient sur Facebook l’envie de nous rejoindre.

J’ai vraiment apprécié ce temps, car avec la chance de l’internet et le fait que tout le monde soit dans la même situation, j’ai eu l’occasion de vivre des pauses avec des amis d’Italie, des Etats-Unis, du Mexique, du Chili, sans compter les français. Quelle joie de pouvoir converser et rire de nos situations et échanger sur les diverses situations sanitaires et leurs répercussions sociales.

Ici à Amiens, un de nos frères a hérité des denrées d’un supermarché fermant. Il a regroupé quelques personnes et créé un espace de distribution alimentaire dans l’espace de la paroisse et ouvert à un vesti-boutique dans un autre lieu d’Eglise des sans-abris. Il anticipait sur les prochaines difficultés économiques provoquées par la cessation des activités pour freiner la diffusion de la maladie qui pointait.

Nous étions aussi attentifs aux frères touchés :  nos confrères ainés à Paris, avec les symptômes légers, notre jeune confrère de Villepinte plusieurs semaines en réanimation, un ami toulousain directeur d’un établissement vincentien lui aussi touché mais seulement par les fièvres et la fatigue, un autre ami landais éducateur atteint d’agnosie et d’anosmie.

Sur la demande des filles de la Charité de Rouen et de Beauvais nous avons commencé à célébrer l’eucharistie sur les sites internet. Cela a même permis que nous ayons une messe dominicale avec des amis et membre de nos familles : la lecture faite par Avignon, le psaume par Beauvais et un geste paix sonore, car chacun sur le site de communication apparaissant en gros plan lorsque sa voix dominait a été l’occasion pour chacun de connaitre les autres, créant une réelle fraternité, même si la communion demeurait communion de désir. Puis la congrégation de créer des rencontres virtuelles sur les missions (dont nous pouvions écouter la rencontre dans notre langue), une autre sur les vocations et proposant même un temps de prière en plusieurs langues -dont chaque culture a participé à la construction (en France une équipière de saint Vincent et une collaboratrice de la famille vincentienn membre de l’association de la médaille miraculeuse) durant le temps de l’Avent lors du second confinement.

Durant toute cette période je relayais les nombreux messages comiques de Facebook et WhatsApp aux amis travaillant dans le social et dans le sanitaire sur Amiens. Ils me remercieront de les avoir aidés à traverser ce lourd moment avec la note d’humour.

Puis c’est dans la période d’octobre sorti de confinement que, rejoignant un groupe de travail à Lyon, lors de la soirée, hébergé chez une amie avec qui j’avais travaillé dans le lycée technique vincentien d’Avignon, elle nous confiera avoir une fièvre et une fatigue persistante inexpliquée. Son sms deux jours plus tard m’informe qu’elle est positive au Covid. Le soir même j’avais aussi de fortes fièvres. A la demande de services sanitaires, j’ai été invité à faire le test Covid qui s’est avéré positif. Le docteur m’a donc placé en quarantaine. Je me retrouvais à Amiens devoir manger seul et prier dans ma chambre, évitant d’aller dans la chapelle par crainte d’y déposer le virus. J’ai eu la chance de ne pas avoir de symptômes respiratoires graves ce qui a évité les traitements lourds.

J’avoue que ce qui était le plus difficile était outre l’état de fatigue, ce furent les quintes de toux incessante et épuisantes des heures durant sans rien pouvoir faire. Ce fut l’occasion de me rendre compte combien vivre sa responsabilité avec ses frères devient importante : plus de passage par la chapelle, par la salle communautaire pour éviter d’y déposer le virus. Lors du repas, une heure après les frères, laver la table et les ustensiles à la javel pour éviter la possible contagion. Et passer tout son temps dans la chambre se donnant des nouvelles par sms : évitant au maximum les contacts personnels, ne sachant pas exactement ce qui serait contaminant ou non.

Lorsque je suis sorti de la quarantaine, c’est le second confinement qui commençait….  Durant ce 2e temps de confinement, comme les éditions auxquelles j’avais déposé mon manuscrit avaient pris du retard, elles m’ont dit que mon texte ne serait publiable qu’en janvier et qu’il fallait le peaufiner pour le rendre agréable au lecteur.  C’est donc un long et patient travail de réécriture qui a été entrepris, toutes les retouches du texte pour le rendre attrayant aux lecteurs : affiner les titres de chapitre, repenser certains découpages, éviter les redites, réduire le nombre témoignages, reformuler certains passages pour les rendre plus accessibles à la compréhension. 

Comme la famille vincentienne a deux rencontres annuelles, la première, malgré les craintes des vincentiens pour internet, car ils favorisent au maximum la proximité, ont tous répondu présents. Sachons louer le fait que malgré leur crainte de l’envahissement d’internet La plus grande part des membres de la famille ont un site internet, quatre ont une page Facebook : la Congrégation de la Mission, la Société Saint Vincent de Paul, les Equipes saint Vincent et l’Association de la médaille miraculeuse, et la Société Saint Vincent de Paul a même un compte twitter. Durant la première rencontre, ils ont partagé de multiples initiatives pour vivre la période. Les sœurs du rosier de l’annonciation, dernière nées de la famille vincentienne, ont créé des séances de patronage sur internet qui ont eu beaucoup de succès pour le plus grand bonheur des jeunes ayant des activités spirituelles et les parents heureux de découvrir cette nouvelle façon de faire corps. Une équipe saint Vincent a vu s’organiser des rencontres internet avec les personnes de l’EHPAD qu’elles visitaient habituellement, la Société Saint Vincent a pu grâce à des donateurs fournir des tablettes à des jeunes d’une zone leur permettant de suivre leurs cours. Lors de la deuxième rencontre à novembre, alors que nous avions le second confinement, la rencontre a offert à tous de visiter virtuellement l’accueil « Louise et Rosalie » : ce projet mené en collaboration depuis sa conception entre les ESV et la SSVP, les lazaristes offrant un local, pour servir les femmes sans domiciles fixe. Quelques jours avant l’ouverture, nous avons visité cet accueil qui depuis a accueilli une dizaine de femmes, leur offrant un temps de respiration dans leur difficiles conditions de vie.

Je terminerai en disant que je crois qu’il est vraiment important en temps de crise de ce type de conserver ses objectifs et apprendre à les monnayer dans les conditions concrètes qui nous sont permises. Que tout en étant sérieux pour ce qui concerne les mesures sanitaires, il faut savoir garder le sens de l’humour (de nombreux cartoons ont aidé à garder le sens de l’humour éveillé) pour permettre à tous de conserver un esprit sain et clair, continuant à être porteur d’espérance, surtout nous qui sommes chrétiens dépositaire d’une Bonne Nouvelle.

Soyons inventifs pour écoutant nos ressources, apprendre à monnayer avec le réel qui est le nôtre pour tenir debout.

Comme nous l’a proposé le pape au cœur de la pandémie, sollicitons l’aide du Père. Il l’a fait lors de la prière sur une place saint-Pierre vide, sous la pluie battante, usant des signes propres de l’Eglise de Rome : le très beau Christ de Saint Marcelo qui avait protégé la ville d’une épidémie et de Marie salus populi : la vierge protectrice de Rome, avec ceux de nos Eglises locales, emplies de trésors de l’espérance de la tradition chrétienne, sachons partager notre espérance (j’ai entendu dire que la médaille miraculeuse a été très demandée durant cette période).

Continuons à être ces simples guetteurs d’aube pour que naisse le monde nouveau que tous attendent.

[1] De la Somme.

Partager sur email
Partager sur print

Saint Vincent de Paul lorsque l’obéissance ouvre la voie de la Providence

Nous développons souvent le portrait de Monsieur Vincent comme d’un homme vertueux, entièrement consacré au service des pauvres. Lorsque nous avons désiré renouveler notre regard sur lui, il y a trente ans, avec le Père Morin, nous avons redécouvert un homme au regard qui s’est élargi

Bernard Massarini

Saint Vincent de Paul lorsque l’obéissance ouvre la voie de la Providence

Nous développons souvent le portrait de Monsieur Vincent comme d’un homme vertueux, entièrement consacré au service des pauvres. Lorsque nous avons désiré renouveler notre regard sur lui, il y a trente ans, avec le Père Morin, nous avons redécouvert un homme au regard qui s’est élargi. Je vous propose aujourd’hui de le regarder moins comme le centre, mais comme l’homme de relations. L’homme fidèle aux siens et obéissant à ses proches ce qui va le conduire à découvrir sa mission et se mettre au service des plus fragiles.

Un homme attentif aux siens et obéissant à ses proches. Tout d’abord, c’est lui qui le dit lorsqu’il parle aux sœurs, c’est un homme avec son tempérament qui jeune, aura même honte de son père venant le visiter chez les cordeliers où il commence ses études. Cependant, dès qu’il termine ses premières études, il projette de se faire prêtre pour offrir aux siens des moyens et  lui rechercher une honnête retirade, comme lui a laissé entrevoir le vice-légat à Avignon : « il me l’a promis aussi, le moyen de faire une retirade honorable, me faisant avoir, à ces fins, quelque honnête bénéfice en France » (I, 2.)

Bon gascon il sait que pour avoir de la promotion il faut avoir de l’argent et se faire remarquer. Avoir de l’argent cela s’obtient par la recherche de bénéfices et avoir des relations en montant sur Paris. Monsieur Vincent tracte plusieurs rentes de monastères et sur Paris s’obtient les grâces de la reine Margot et se fait proche de Monseigneur de Berulle. Il place ses cartes pour obtenir ce qui lui semble bon pour lui et pour les siens.

Homme de relation il rencontre à la Catho un docteur en théologie Mr Duval, grand théologien qui deviendra son directeur spirituel. Dans ses relations auprès de la reine Margot, il rencontre un théologal, qu’elle avait retenu à son service. L’homme entre en période de doutes profond sur la foi. Il va choisir de prendre sur lui les doutes de l’homme sur lui pour l’en libérer. Il nous racontera qu’il sera traversé par les doutes de la foi et ne s’en sortira qu’en mettant sa main sur son cœur pour toucher le credo qu’il avait enfermé dans la poche de sa soutane et faisant le vœu de service des pauvres.

Dès 1611, son ami Bérulle lui demande pour l’aider à se mettre au service de la paroisse de Clichy afin de récupérer François Gondren, un jeune prêtre dans l’institut qu’il fonde. Encore une fois de plus, Vincent écoute et il reçoit sa première paroisse. C’est dans cette paroisse qu’il découvre la vocation de curé et se dit heureux comme le pape : « je me disais à moi-même : «Mon Dieu, que tu es heureux d’avoir un si bon peuple !» Et j’ajoutais : «Je pense que le Pape n’est pas si heureux qu’un curé au milieu d’un peuple qui a si bon cœur.» Et un jour Monseigneur le cardinal de Retz me demandait : a Eh bien ! Monsieur, comment êtes-vous ?» Je lui dis : à Monseigneur, je suis si content que je ne le vous puis dire.» ­ a Pourquoi ?» ­ «C’est que j’ai un si bon peuple, si obéissant à tout ce que je lui dis, que je pense en moi-même que ni le Saint-Père, ni vous Monseigneur, n’êtes si heureux que moi.» (IX, 55)

C’est ensuite sur le conseil de son ami le Cardinal de Bérulle qu’il accepte le poste de précepteur chez les Gondi et va ainsi rencontrer la famille qui lui révèlera sa vocation. Il se met au service de sa nouvelle « patronne » Madame de Gondi et va sur sa demande, confesser un paysan employé sur les terres de la duchesse qui est mourant : « Un jour, on m’appela pour aller confesser un pauvre homme dangereusement malade, qui était réputation d’être le plus homme de bien, ou au moins un des plus hommes de bien de son village. » (XII, 180) Comme elle l’a suivi et notant le bienfait du sacrement, Madame la duchesse l’invite à prêcher sur la réconciliation, ce qu’il va  faire les jours suivant. La prédication sera suivie de multiples confessions ce qui va lui donner l’idée de créer une congrégation : la Congrégation de la Mission. Une congrégation pour réconcilier les gens des champs avec le Père Créateur. C’est cette même Mme de Gondi qui quelques années plus tard fournira les fonds pour qu’il puisse commencer à missionner sur ses terres afin que davantage de gens des champs puissent entrer en contact avec la grâce de Dieu.

Rendant encore service à son « mentor » le Cardinal de Bérulle qui souhaite intégrer un autre jeune prêtre : Johannes Lourdelot dans son institut, il est prié  d’aller le remplacer dans les Dombes lyonnaises à Chatillon.

Il doit accepter les conditions qui lui sont offertes. Il sera logé chez un noble protestant, avant de pouvoir disposer d’un presbytère décent. Cet homme est protestant, il va être touché par l’engagement missionnaire de monsieur Vincent va revenir à la foi catholique.

Il obéit de  nouveau à l’appel de deux dames de la paroisse qui viennent le voir avant une messe, « …un dimanche, comme je m’habillais pour dire la sainte messe, on me vint dire qu’en une maison écartée des autres, à un quart de lieue de là, tout le monde était malade, sans qu’il restât une seule personne pour assister les autres… » (IX, 243). Elles lui font  changer son homélie et il invite les fidèles à la charité. C’est ce geste et sa visite l’après-midi à la famille qui va lui donner l’idée de créer la première charité.

Nous le voyons c’est en obéissant à sa recherche pour le bien des siens et ensuite en obéissant aux personnes qui le sollicite qu’avance son projet, c’est en obéissant qu’il va est conduit à se met à la suite de l’Esprit-Saint pour déployer ses réalisations.

Cela ne s’arrête pas là, car la rencontre avec celle qui va devenir sa collaboratrice c’est à l’évêque du Bellay qu’il la doit. Il lui confie une dame de sa famille jeune veuve : Louise Marillac. Monsieur Vincent accepte cette femme de foi à la situation familiale douloureuse : elle est récemment veuve et qui a un fils instable. Il va la charger de visiter les charités naissantes et l’associer progressivement à son œuvre. C’est elle qui avec lui va organiser les premières consacrées servantes des pauvres : celles qui vont devenir les Filles de la Charité.

Comme ce portrait que je viens de vous dresser le montre, c’est par l’obéissance quotidienne aux médiations survenues dans sa vie, une fois son objectif choisi, que Monsieur Vincent va devenir le grand saint de la charité pour lequel le dossier de canonisation aura plus de 300 positions parlant de situations de charité qu’il a mises en place.

C’est par l’écoute attentive des personnes dont il s’est entouré pour parvenir à son honnête retirade qu’il va devenir le frère de tous les pauvres : sans-abris, filles à la rue, enfants abandonnés, déplacés de guerre, aînés, galériens, chrétiens esclaves des nations musulmanes.

Ne l’oublions pas quelques soit notre façon d’entrer dans le service du Christ, une fois notre objectif découvert, si nous nous mettons dans une disposition d’obéissance quotidienne aux évènements qui surviendront, nous serons sans aucun doute conduit là où Dieu nous attend : l’annonce de la Bonne Nouvelle aux pauvres dans les pas de Jésus.

Sur cette route restons toujours ancré en Jésus par l’oraison : ce cœur à cœur avec Dieu qui lui permet de s’établir fermement en nous. L’oraison étant conservé l’œuvre de Dieu pourra se continuer. Demandons à Monsieur Vincent, où que nous soyons sur la route de nos objectifs de réussite personnelle de nous maintenir dans cette écoute du Père et n’oublions pas les cinq petites pierres que Vincent a donné aux lazaristes pour vivre leur vocation. Ces cinq petites pierres de la fronde de David, celles qui lui ont permis de triompher de l’ennemi de la promesse : ces cinq vertus qui vont accompagner la vie du missionnaire et des vincentiens au service des plus fragiles de leurs frères : humilité, simplicité, douceur, zèle, mortification  

Rendons grâce à Dieu pour le chemin ouvert par Monsieur Vincent, continuons la louange en accueillant le don du Christ par son eucharistie

Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur print

Une ode aux couleurs

Je dois avouer que ces jours ci j'ai "des bleus au cœur" quand je vois la tournure des événements autour de la question du racisme. J'en serai presque arrivé à en "broyer du noir", sans vouloir en venir aux poings avec personne.

Bernard Massarini

Une ode aux couleurs

Je dois avouer que ces jours ci j’ai “des bleus au cœur” quand je vois la tournure des événements autour de la question du racisme. J’en serai presque arrivé à en “broyer du noir”, sans vouloir en venir aux poings avec personne.  

Mais tentons de “mettre noir sur blanc” la discussion, sans vouloir qu’aucun de nous qui ne soit mal à l’aise pour question de supériorité. Tentons seulement de remettre des couleurs dans un univers qui risque de devenir “gris”.

Ok, même si se faire traiter “de bleu”, bien que n’ayant rien de racial, n’est pas encore un compliment, je vous le confesse, lors de la dernière fête chez moi, c’était “noir de monde”, sans aucune connotation raciste. Retrouvant Kidgo mon ami togolais nous nous sommes embrassé, je savais qu’il n’allait pas déteindre…

Nous avons pris “un petit jaune”, n’ayant rien contre les chinois, même si leur façon de traiter les ouïghours ne nous plaît pas trop.

Durant le brunch, “un blanc” dans la communication nous a fait craindre la critique suprématiste alors que nous goûtions la joie d’être ensemble.

Nous avons arrosé avec “d’excellents rouge”, sans vouloir agresser nos frères indiens  d’Amérique qui ont beaucoup souffert du Covid-19.

Certains ont préférer “se descendre des blancs” sucrés, sans faire aucune allusions aux horribles chansons de certains rappeurs qui invitent à exécuter l’expression, et eux sans aucunes évocations des saveurs du terroir !

Quand l’éclair a claqué, alors que levait un violent orage, nous étions “verts de peur”, mais tenons à rassurer les martiens, s’ils le désirent seront bienvenus à la fête ! 

Rassurez moi, nous ne venons pas de “voir des éléphants roses”, mais ensemble je suis certain, nous allons continuer à mettre des couleurs à l’existence, car la palette des tons de la création émerveille encore toutes et tous lorsqu’elle produit l’arc-en-ciel !

Partager sur email
Partager sur print