RENCONTRE DE VICHY. 6-8 octobre 2019

« J’ai la tentation de me reconnaître dans le ‘petit rat de bibliothèque’ cité en tête de Moby Dick ; ‘Ce bucheur simple et appliqué de ver de terre qu’était le ‘sous-second libraire’ semble avoir parcouru les longs vaticans de livres et le petites boutiques de la terre, ramassant au petit bonheur, où il pouvait et en n’importe quel livre sacré ou profane, les moindres allusins aux baleines...

Marc Thieffry

RENCONTRE DE VICHY. 6-8 octobre 2019

Étaient présents : Aimé Goliet – Firmin Mola Mbalo – Danielle et Dominique Lê – Michèle et Jean Prezeau – Antoine Téjédor – Pepito Campaña – Carmen et Pierre Damiens – Lâm Phan-Thanh– Faustin Mombanga Mbanda –  Patricia et Marc Thieffry

Nous nous retrouvons tous le dimanche soir. Merci à François Hiss qui est venu chercher quelques participants à la gare. Les retrouvailles se déroulent autour d’un apéritif offert par la maison. S’ensuit le repas et nous prenons rendez-vous pour le lendemain matin à 9H30 pour nos échanges.

Lundi 7 octobre 

Echanges et partage :

Comme d’habitude, nous commençons par lire les nouvelles que les uns et les autres nous ont fait parvenir.

Jean-François LAGOUEYTE :  Je ne viendrai pas à Vichy cette année pour des raisons de santé. Depuis plus d’un an, je souffre de tassements de vertèbres, de rétrécissements du rachis dorsal, cervical et lombaire…qui font que je ne peux pas rester debout et marcher longtemps… À part cela, tout va bien. J’ai le moral.

Michel RÉVEILLE : Je ne serai pas à la rencontre de Vichy car ma vue ne me permet pas de m’aventurer seul dans les trains et le métro parisien. Pourtant je vais bien, malgré pour mes 90 printemps. Il m’arrie de regarder en arrière et je trouve que j’ai été un privilégié. Je suis un prêtre heureux. Je peux encore pas mal m’occuper : ACO, JOC et le fait d’avoir été PO me permet de rester en contact avec la vie syndicale en retaité, et en ce moment, grâce à Macron, il y a du boulot : rencontres, manifs. Occasion de rencontrer des copains, parfois partager de joyeuses agapes… ! Bref, c’est la vraie vie !. En attendant d’y aller (le plus tard possible), je fréquente aussi les EPHAD pour voir des copains et copines. Bernadette, que certains connaissent et qui est la ‘personne de confiance’, me déplace, car je ne peux plus conduire. Par ailleurs, je continue nos ‘chères études’. À ce propos, je vous recommande un livre très très décapant : ‘Pour un christianisme d’avenir’, en sous titre : ‘Ni les credo anciens, ni la Réforme ne peuvent aujourd’hui susciter une foi vivante, pourquoi ?’ de John Shelby Spong – Karthala 2019. J’aurais encore mille choses à dire…Puisse la charité théologale de Saint Vincent nous animer là où nous vivons.

Daniel LAMERAND : Il ne peut se joindre à nous pour des raisons de santé, mais il nous assure de toute son amitié et de ses prières.

Claude LAUTISSIER : Je m’étais inscrit avec joie à la rencontre des anciens, en me disant que ce serait peut-être la dernière… Depuis, la prostate m’a joué des tours et je rentre à peine de la clinique avec des tuyaux partout. Dans ces conditins, je pense qu’il ne serait pas sage de faire ce déplacement. J’en suis vraiment désolé et peiné. Toute mon amitié à tous les participants. Je serai de tout cœur avec vous. Bonne et fraternelle renconotre.

André MEYRANX : Je suis en EPHAD à Saint Sever, petite ville de Landes (4000 habitants), à mi-chemin de Mugron (mon village natal) et de Mont-de-Marsan où j’ai également de la famille. Je suis maintenant bien intégré à ma nouvelle communauté et on m’a même confié la responsabilité de la présidence du Conseil de Vie Sociale. Pour ce qui concerne mon épouse, Josette, la situation s’est avérée plus difficile. Après deux expériences difficiles dans des Ephads, elle a été placée en famille d’accueil où tout semblait bien aller, mais on n’a plus voulu la garder, sans donner de motivations. Son fils a pu trouver une nouvelle famille d’accueil dans le Gard. (Nous avons appris depuis que Josette était décédée le 7 juillet). Ma vie se passe dans le calme, dans la vie communautaire de l’Ehpad (pas mal d’animation), la lecture, la méditation, la messe tous les mardis et même le chapelet tous les jeudis. Une vraie vie de moine qui me convient parfaitement. J’ai une petite voiture qui me permet d’aller en famille régulièrement. Je fais peu de route, ma santé ne me le permet pas. Je ne serai pas des vôtres à Vichy, à mon grand regret. La vie commande et il faut accepter les ‘finitudes’. Je lirai avec plaisir le comte-rendu.

Jean LOGEAN : Il a téléphoné à Aimé pour nous dire toute son affection et l’assurance de sa prière pour notre rencontre.

Jean-Claude SPERANDIO : Il nous donne des nouvelles de Bernardo GARCIA qui ne peut être des nôtres car il ne se sent pas en état de voyager. Sa santé est stationnaire, mais des problèmes aux jambes l’empêchnte de marcher longuement. Il assure toujours son service auprès des Sœurs. 

Christian LABOURSE est également à Château-l’Evêque (quelques problèmes de santé lui aussi).

Lettre de Jean-Claude SPERANDIO : « Je ne pourrai pas être parmi vous cette année, pour une banale question d’agenda, un RDV d’hôpital pour mon épouse, difficilement déplaçable ! Croyez bien que je regrette de ne pas pouvoir venir. Mes occupations de retraité ont peu changé par rapport aux années précédentes : contributions associatives et post-universitaires, animation de sessions de formation pour des séniors (informatique, internet), activités de grands-parents au quotidien, puisque nos filles et leurs enfants demeurent à proximité de notre domicile.  Un séjour familial au Mexique au mois de mars dernier et un autre à La Réunion en août. Ces deux voyages nous ont beaucoup plu et instruits, en nous faisant voir de près des réalités socio-économiques difficiles, différentes des nôtres, au-delà des cadres géographiques admirables qui méritent un voyage à eux seuls ! Nous allons aussi au Québec où vit mon frère ainé, maintenant en Ephad, qui ne peut plus lui-même voyager. Et finalement, j’ai eu l’occasion, en septembre, de traverser la magnifique région de Marvejols que je ne connaissais pas mais dont le nom m’était resté familier par l’École Apostolique, qui a évidemment cessé de fonctionner depuis plusieurs années, comme toutes les autres Écoles Apostoliques. Le bâtiment, situé dans le centre historique, existe toujours, transformé en appartements, mais sans aucune trace de l’École Apostolique, même pas une petite plaque commémorative… L’église proche est magnifique ! »

Jacques GROS : (Il y a la longue lettre aux amis que beaucoup d’entre nous ont reçue.  Je ne la reprends donc pas. Je transmets un autre message de Jacques Gros) :

«  J’ai la tentation de me reconnaître dans le ‘petit rat de bibliothèque’ cité en tête de Moby Dick ; ‘Ce bucheur simple et appliqué de ver de terre qu’était le ‘sous-second libraire’ semble avoir parcouru les longs vaticans de livres et le petites boutiques de la terre, ramassant au petit bonheur, où il pouvait et en n’importe quel livre sacré ou profane, les moindres allusins aux baleines. Simplement, c’est plus une vue sur mon probable avenir qu’une réalité présente. Parce que si, depuis le mardi 2 octobre, fête de ma grande copine, Thérèse Martin, je suis à demeure à Surabaya, la bibliothèque que je devais gérer avec deux autres confrères n’est pas encore construite et de ces deux confrères, l’un est maintenant sur une chaise roulante, et l’autre poursuit des études aux États-Unis ou ailleurs. Donc je me retrouve dans la peau d’un chômeur, d’un de ces pensionnaires inactifs du ‘Provincialat’ (maison de la Province), avec celui que j’étais censé remplacer et qui n’a plus sa tête et le fauteuil à roulettes évoqué plus haut.

Vous devinez que cette situation n’est pas vraiment pour me plaire. C’est bien sûr une anticipation : dsans quelques années (ou mois ?), si Dieu a la mauvaise idée de me prêter longue vie, je serai effectivement un de ces pensionnaires de l’antichambre de la mort, gagas, peu ambulants ou pas ambulants du tout, patients exerçant la patience des confrères valides et des personnes qui les soignent, dans une maison pour personnes médicalement assistées. Je n’en suis pas encore là (ça viendra), mais j’ose espérer avoir bientôt un vrai job, pas une occupation fictive pour me faire croire que j’existe encore. Je me ferai votre guide avec plaisir si vous venez dans l’archipel. En attendant, je vous redis à tous mon amitié. (Surabaya, 5 octobre 2019, à la veille du synode sur l’Amazonie, qui aura lieu à Rome ! étrange !) »

Après la lecture des messages envoyés par des absents,  commence le temps d’échange entre les présents :

Faustin Mombanga Mbanda : Prêtre depuis 2000. Il appartenait à la Province lazariste de la République Démocratique du Congo (ex Zaïre). Suite à un problème dans lequel nous n’entrerons pas car nous n’avons pas tous les éléments en main, 13 confrères ont été chassés de la Congrégation par le Supérieur Général, dont Faustin. Si nombre de ceux qui ont quitté la CM sont retournés dans leurs familles, Faustin est parvenu, grâce à un ami Prémontrais, à trouver un poste dans le Jura. Il dessert 3 grosses paroisses, 53 clochers. Ils sont deux prêtres pour desservir ces paroisses. C’est sur l’invitation de Firmin qu’il est venu et il est content de pouvoir partager ce moment avec nous.

Antoine Téjédor : Le déménagement de la maison est terminé. Nous faisons actuellement don de la maison à nos enfants. Nous voulons surtout sauvegarder l’esprit de famille. C’est quand même une étape difficile. Bernadette et moi avons fait une retraite dans une communauté de base, près de l’abbaye de St Maurice. Cette retraite était animée par un laïque, et le thème était :’Décadence ou déclin ?’ (climat, violence etc). Puis on a pioché dans les textes de la résurrection. De nombreuses mosaïques de résurrection sont déposées dans la ville de Genève.

Aimé Goliet : Il nous dit l’importance de trouver des jeunes pour que le groupe puisse continuer à exister. La date de la réunion de cette année a été changée et cela à pu en gêner quelques uns. Nous fixons donc dés à présent la date de la prochaine rencontre.

Michèle et Jean PREZEAU : Rien de bien spécial. On voit assez régulièrement Bernardo qui travaille toujours auprès des sœurs. Suite à l’accident de genou de Michèle, nous faisons souvent des visites à l’hôpital. On s’occupe du jardin et sommes dans le t rain-train quotidien.

Firmin Mola Mbalo : il estmaintenant  le supérieur de la Maison du Missionnaire, tout en étant vicaire à la paroisse de La Palisse. Il nous donne des nouvelles des confrères de la maison : Blaise est envoyé au Berceau ;  François Hiss rend service à l’abbaye ; Pierre Hugon ne peut plus marcher ; il se déplace en fauteuil. Toute l’année il y a du passage dans la maison. Le taux d’occupation est en augmentation. Beaucoup de Filles de la Charité viennent maintenant. Il y a 30 chambres. C’est l’association qui gère le côté financier.

À 11 H, nous célébrons l’eucharistie, présidée par Faustin et les chants par Antoine et Dominique.

Nous unissons à notre prière toutes les personnes absentes avec les intentions de chacun.

Puis vient le temps du repas

Après le repas, un petit temps de sieste avant d’attaquer la visite du musée. Le thème de l’exposition est le CONGO. Marie-Line, avec sa compétence habituelle, nous fait découvrir cette exposition

Reprise des échanges

Pépito CAMPAŇA : Il a perdu sa sœur et un fils est parti de la maison en laissant 2 anfants. Il a été au Berceau et a pu rencontrer plusieurs confrères. Il a été sur la tombe de Mgr Etchegaray. Il continue à voyager : Maroc l’an dernier, Gênes et va au Guatemala le mois prochain.

Carmen et Pierre DAMIENS : Rien de bien nouveau par rapport à l’an dernier. Pierre nous parle de différents articles et livres : ‘L’Eglise face aux abus sexuels dans l’Eglise’ chez Fayard. On ne pourrait plus dire comme Paul VI : ’L’Eglise experte en humanité’.

Lâm PHAN-THANH : Content de revenir et d’être présent à ce groupe. Celui-ci tient, il est la jeunesse de Dieu. Nous sommes une réponse au cléricalisme mortifère. J’ai eu l’occasion de travailler six mois pour parler de la CM à Vichy, et cela depuis Wattez. Il est impportant de rendre témoignage à ces missionnaires.

Danielle et Dominique LÊ : Rien à signaler à Brétignoles. Nous sommes bien engagés dans la paroisse depuis plusieurs années. On sent une attente des gens envers la Bible. Cette année nous allons étudier Abraham. Nous faisons de l’accompagnement de personnes âgées. Célébration de la Parole. Chorale, équipes liturgiqsues, animation de célébrations. On est au moins à mi-temps à la paroisse. Côté famille, changement pas très heureux par rapport à notre fils (promesses de travail non tenues).

Patricia et Marc THIEFFRY : Rien de bien spécial. Nous avons beaucoup accueilli durant les mois de juillet et d’août. Nous faisons toujours partie du jumelage Franco-Allemand. Marc continue à travailler avec les archives de St lazare. Il a sorti un dernier livre : ‘Saint Vincent de Paul et la mission lazariste dans les États barbaresques du XVIIème au XIXème siècle’ chez L’Harmattan. C’est une manière de faire ‘revivre’ ces missionnaires qui ont donné leur vie pour annoncer la Bonne Parole.

Quelques livres conseillés :

L’Eglise des femmes avec des hommes – Anne Marie Pelletier – Cerf

Le Monde de la Bible – sept-oct-nov 2019 – La Bible de son écriture à sa fabrication

Trop tard ! Une provocation pour l’Eglise, une espérance pour tous – Martin Werlen – Ed St Augustin

Prêtres…et demain ? (6 récits de vie, de grâce et de liberté, suivi d’un appel) – Ed St Augustin

Sodoma – Robert Laffont – 2019

Film ‘ Grâce à Dieu’ de François Ozon

L’Eglise face aux abus sexuels sur mineurs – Marie-Jo Thiel – Bayard 2019

La rencontre se termine par un apéritif et un repas festif.

Merci à nos cuisinières, au personnel de service et à tous les confrères de la maisoon

Photos : Firmin Mola Mbalo

Compte-rendu : Marc Thieffry

Rendez-vous l’an prochain : 11-12 et 13 octobre 2020

Rencontre de Vichy (7-9 octobre 2018)

Rencontre de Vichy (7-9 octobre 2018)

Étaient présents : François Hiss (absent de la photo) – Aimé Goliet – Pierre Hugon – Jean-Claude Sperandio – Antoine Tejedor – Pierre et Carmen Damiens – Dominique et Danielle Lê – Jean Logean – Jean et Michèle Prezeau – Marc et Patricia Thieffry –  Béatrice Garreau – Firmin Mola Mbalo – Lâm.

Venant de différents endroits de la France, nous nous retrouvons tous le dimanche soir, autour d’un apéritif offert par les confrères de la maison. Temps de retrouvailles, d’échanges, de partage.

Nous établissons le programme du lendemain : on se retrouvera à 9H dans la bibliothèque et commencera le temps du partage. A 11H, célébration eucharistique qui sera présidée par François Hiss, supérieur de la maison. Puis viendra le temps du repas. En début d’après-midi, visite du musée et ensuite reprise du partage. Repas à 19H.

  • Lundi 8 octobre

Après le petit-déjeuner, tout le monde se retrouve pour l’ouverture de la rencontre. Ceux qui ont reçu des nouvelles des absents nous lisent leur courrier.

Jean Zanolini, le matin du 8, a envoyé ce message à Aimé : « Bonjour à tous. Ne pouvant être présent pour cette énième rencontre fraternelle, j’ai demandé à Aimé d’être mon interprète pour vous souhaiter une rencontre gratifiante pour tous et régénératrice de chaleur pour chacun d’entre vous. Une prière pour la santé de mon épouse lors de l’Eucharistie est sollicitée. En Saint Vincent, je vous embrasse tous très fraternellement et vous donne rendez-vous l’an prochain, si la Providence m’octroie ce privilège. Jean Zano. »

Daniel Lamerand ne peut venir aujourd’hui pour raison de santé, s’ajoutant au fait que la date de notre rencontre coïncide avec celle d’une double ordination diaconale à St Lazare. Il a confié une lettre à JC pour nous dans laquelle il explique que ses problèmes de santé ont augmenté depuis la canicule de cet été et il craint maintenant de chuter en se déplaçant. Il n’ose plus conduire sa voiture, ne voit plus trop bien et donc lit avec difficulté, ce qui ne l’empêche pas d’aller régulièrement à l’EHPAD visiter des personnes âgées peu entourées, surtout des confrères. Il nous assure que nous avons toute notre place dans sa célébration de l’eucharistie.

Claude Lautissier prend en ce moment quelques jours de vacances, motif de son absence.

Michel Réveille ne se déplace plus seul car il voit mal et craint de chuter ou d’être bousculé. Il reste en contact avec des militants ACO-JOC et avec le CASAM (Collectif d’Accueil pour les Solliciteurs d’Asile en Moselle).  Il retrouve régulièrement d’autres prêtres pour une journée ‘Révision de vie’. Il nous conseille le livre : ‘Espérer Croire’ de Gianni Vattimo aux Éditions du Seuil. La thèse de ce philosophe est que le principe de la sécularisation des sociétés humaines réside dans l’incarnation du Christ. Il voit une transcription du message chrétien pour l’époque actuelle.

Gonzague Danjou, qui réside à St Lazare, ne peut pas venir à Vichy car sa mobilité est réduite, mais se joint « par la pensée et la prière à cette rencontre fraternelle ».

Yves Danjou, son frère, réside à Amiens. Bien qu’encore bien mobile, il rechigne à se déplacer. L’âge aidant, il reste tranquillement dans la maison lazariste d’Amiens dont il assure l’économat tout en rendant quelques services pastoraux. Libéré de son ministère en Turquie, il a passé la main à Elie Delplace comme représentant légal du Lycée Saint-Benoît d’Istanbul. Il donne le bonjour à tous les amis réunis à Vichy.

Jean-François Lagoueyte regrette de ne pas pouvoir venir pour raison de santé. Il n’ose pas faire le voyage de Marseille à Vichy cette année, car à la suite d’une chute le mois dernier, il souffre de maux divers, à la tête surtout, et doit se soumettre à toute une série d’examens médicaux. En revanche, il nous donne des nouvelles d’amis récemment visités : Jean-Marc Bascuñana est en mauvaise santé ; Michel Briau est lui aussi très fatigué, toujours seul mais bien entouré par des amis. ; et André Meyranx, réside maintenant chez son frère à Mugron dans les Landes depuis que son épouse a été placée en maison de retraite médicalisée.

Le 9 octobre (donc trop tard pour pouvoir être lu le 8), un message complémentaire de Jean-François a été adressé à Aimé : « … J’ai passé ce matin une IRM du cerveau et je vois mon neurologue à la Timone dans quelques jours. Jean-Marc Bascuñana, affecté par un Parkinson en progrès, vient de passer un séjour d’observation en gérontologie. Vu son état, il ne peut pas revenir en communauté. Nous sommes en recherche d’un EHPAD pour les jours prochains. C’est un moment difficile pour lui.  Michel Briau a été admis pour un mois dans un EHPAD de Martigues, avant de rejoindre son appartement que des copains sont en train de remettre en état. Michel est également fatigué (88 ans), mais il est bien entouré de vrais amis. Avec Michel et Jean-Marc, nous nous sommes retrouvés chez André Meyranx cet été. Josette, la compagne d’André, très diminuée par sa maladie, a été placée par ses enfants dans une maison spécialisée et André a quitté Fos pour Mugron, dans les Landes, chez son frère Laurent. Il y a un an, Paul Vincent nous quittait. Je reste en lien avec sa femme Bernadette et leur fille Magalie. Albert Loiodice est à Toulon, toujours avec des ennuis de santé qui l’immobilisent.  Ainsi va la vie, avec du bon et du moins bon ! Bonne rencontre et toute mon amitié à tous ».  Jean Joie

Jacques Gros nous envoie régulièrement sa « lettre aux amis », que JC diffuse aussitôt à tous les « amis de Vichy » (du moins à ceux qui ont une adresse internet !) et dont la lecture est toujours source d’enrichissement spirituel. Dans sa dernière « lettre aux amis », il évoquait sans grand enthousiasme un éventuel futur transfert à Surabay (il réside actuellement à Batulicin : chacun trouvera facilement ces lieux sur une carte d’Indonésie). Dans un message du 18 septembre : « Je ne serai pas de la partie à Vichy. Peut-être l’année prochaine si mon visiteur persiste à vouloir me transférer à Surabaya…et si Dieu me prête vie ». Il nous fait part de son agenda très chargé pour la période actuelle en raison de divers anniversaires (80 ans de son diocèse, 10 ans d’ordination épiscopale de son évêque, inauguration d’églises, plusieurs récollections, fête de St Vincent, etc. etc.). Il termine son message par : « Côté santé physique, pas de problèmes ; santé morale et spirituelle, toujours à remettre en chantier. Amitiés à tous ».

Depuis le terrible tsunami qui a frappé l’Indonésie (île de Célèbes), Jacques a envoyé (le 4 octobre) ce message rassurant : « Bornéo, mon île, est hors de la ligne des tremblements de terre et donc des tsunamis. Cette ligne passe au sud et à l’est de chez nous (c’est le heurt tectonique entre l’Australie et l’Asie). Le nombre de morts augmente chaque jour et les secousses continuent sporadiquement à se faire sentir, moins fortes mais traumatisantes pour ceux qui ont été déjà touchés.  Nous suivons cela à la TV mais c’est loin. Jusqu’ici, des gens que je connais, originaires des Célèbes où ont lieu ces tremblements et qui sont à Bornéo Sud avec moi, aucun n’a dans sa famille des victimes de ces fléaux. Mais nous nous sentons bien sûr en empathie avec les victimes. Encore toute mon amitié à tous ceux qui viendront à Vichy. Fraternellement. »

Pepito Campaña. Il annonce qu’il ne pourra pas venir (il est en voyage au Maroc). Il nous a envoyé en juin une longue lettre dans laquelle essentiellement il décrit son précédent voyage en Chine qui l’a beaucoup impressionné. Il reste, on le voit, toujours passionné par des voyages en terres lointaines !

Jean Haillet a demandé à JC, il a quelques jours, de diffuser aux « amis de Vichy » son CV détaillé, ainsi que plusieurs textes qui témoignent de son intense activité associative comme rédacteur de textes érudits et philosophiques pour l’Université du Temps Libre de Tarbes et de la Bigorre (textes qui ont été diffusés et que chacun a pu déjà lire in extenso.). Il est également militant à l’ADMD (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité).

Il nous donne aussi quelques nouvelles de Michel Beyoglian qui semble avoir quelques problèmes de santé, au physique comme au moral. En janvier dernier, JC a contribué à faire la promotion du livre très intéressant de Michel dans lequel il raconte de façon humoristique son quotidien de professeur de lettres quand il était en activité à l’École apostolique de Cuvry.

Maurice Vialeton, dans un message du 16 juin dernier, nous donne de bonnes nouvelles de ses petits-enfants, ainsi que de lui-même et de son épouse Danielle, tous deux présentement en vacances en Croatie. Le 11 septembre, Maurice a confirmé son précédent message. Il regrette de ne plus avoir de nouvelles de Jean-François Calvel, avec qui il était en relation. Il souhaite à tous les anciens de Vichy bonheur et santé.

Michèle Prézeau nous donne des nouvelles de Bernardo Garcia, qui réside à Château-L’Évêque (près de Périgueux) où il assure l’aumônerie de la maison de retraite des filles de la Charité. Il souffre de quelques problèmes de santé qui lui font craindre les longs déplacements, même en voiture, – motif invoqué de son absence -, à moins que le vrai motif soit plutôt de « ne pas abandonner ses sœurs » ! Il reste en lien avec Christian Labourse, qui a repris un service pastoral non loin de là.

Après les nouvelles des uns et des autres, nous commençons notre tour de table (ou de fauteuils !)

Antoine Tejedor a déménagé de la campagne vers la ville. Lui et son épouse sont fatigués mais contents d’avoir fait ce transfert. La famille de son fils habite leur ancien logement. Cela l’a amené à se poser la question de la transmission (ceci a d’ailleurs amené à quelques échanges entre nous). Leur fille est très engagée, notamment dans une ONG. Leur fils est journaliste. Antoine a beaucoup privilégié la relation et l’éducation. Il sensibilise les gens à la spiritualité. Eveil à la bonté et à la beauté, particulièrement avec son petit-fils (Gustave) qu’il rencontre chaque jeudi après-midi.

François Hiss nous donne des nouvelles de la Province de France. Il y aura une Assemblée Provinciale à Villebon dans la semaine du 21 octobre. Ce sera l’occasion de faire un premier point sur la reconfiguration des deux anciennes provinces en une seule. Ce sera aussi l’occasion de sortir du caractère provisoire des normes qui ont été arrêtées lors de la fusion.

Jean Logean : le voici de retour après plusieurs années d’absence, pour notre plus grand plaisir ! Il nous donne quelques nouvelles de St Lazare et de l’EHPAD dans lequel il est très investi en rendant des visites aux uns et aux autres. Il nous rappelle également quelques expériences de sa vie dans la communauté.

Marc et Patricia Thieffry : La maison a reçu de nombreux visiteurs tout l’été. Patricia a fait de nombreux séjours à Chambéry pour des problèmes dentaires. Ils participent au jumelage franco-allemand de leur village. Marc nous parle de son dernier livre ‘Saint Vincent de Paul et la mission lazariste à Madagascar au XVIIème siècle’ paru chez L’Harmattan (au prix de 35 euros, faut bien faire un peu de pub !). Il reprend tout ce qu’on trouve aux archives concernant Madagascar (lettres de St Vincent, des missionnaires, les relations, les écrits des voyageurs de l’époque.

Aimé Goliet nous livre un certain nombre d’informations par rapport aux courriers des anciens qui n’ont pas pu venir.

Pierre Hugon est toujours dans la communauté de Vichy. Il aide les uns et les autres. Modeste, il préfère dire qu’il ne fait rien, « mais Aimé l’aide… » !

  • Eucharistie

Lundi matin 11h.  François Hiss préside l’Eucharistie et l’animation est assurée par Antoine et Dominique. C’est le temps durant lequel nous prierons notamment pour tous ceux qui n’ont pu être présents avec nous.

  • Apéritif et repas
  • Visite du musée

Après le repas, quelques-uns choisissent de faire la sieste tandis que les autres se rendent au musée pour une exposition sur des objets rapportés par des missionnaires et sur les dragons (n’y voyez aucun rapport de causes à effets). Les objets concernant les missionnaires proviennent de différents musées missionnaires de France.

Grand merci à Marie-Line, notre guide au musée, qui chaque année nous invite à de nouvelles découvertes !

Pour ceux qui seraient intéressés, au musée du Quai Branly, jusqu’au 01/01/19, il y a une exposition consacrée à Madagascar. Voir le site www.quaibranly.fr

Après la visite du musée, reprise du tour de table

Jean-Claude Sperandio remercie tout d’abord tous ceux qui lui ont témoigné leur amical soutien lors du décès de son gendre en janvier. Il note que la cérémonie des funérailles a été un bel exemple d’œcuménisme. Le couple ayant des liens avec la communauté protestante, le prêtre chargé des funérailles a organisé avec le pasteur local, son ami, une cérémonie associant catholiques et protestants. Le pasteur en habit de chœur fit la lecture des épitres et un petit sermon, et la chorale protestante assura les chants, complétés par les solos de musique des professeurs du Conservatoire. Il y avait plus de 500 personnes, dont on peut penser que peu d’entre elles étaient catholiques pratiquantes, mais ont pu apprécier cette cérémonie aussi apaisante qu’inhabituelle.

Depuis ce décès, la vie familiale a repris son cours. JC continue ses activités antérieures (familiales, universitaires, associatives, bricolages, etc.). Il s’est investi depuis l’an dernier, en animant des ateliers d’initiation par petits groupes, dans la lutte contre l’illectronisme (néologisme désignant le handicap social des personnes qui peinent à utiliser les moyens informatiques indispensables dans la société contemporaine, particulièrement internet). Cet été, il a visité la Communauté de Taizé en Bourgogne, près de Cluny. Séjour bref mais très enthousiasmant, dont le thème, ce week-end – là, portait sur le développement des liens entre l’islam et le christianisme. Grande animation, grande affluence de jeunes de divers pays !

Pierre et Carmen Damiens : Pierre est membre d’une association de retraités. Il y a une réunion tous les premiers lundis de chaque mois.  Il travaille également à la banque alimentaire en qualité de bénévole. Pierre et Carmen nous parlent de leurs enfants, notamment dans le débat que nous avons eu sur la ‘transmission’.

Béatrice Garreau : L’an dernier, elle était déjà présente. Son mari, Luc, est décédé il y a six mois. Ils avaient perdu un bébé et elle précise que c’est le pire des malheurs pour un Malgache. A propos des personnes âgées, elle précise qu’à Madagascar il n’y a pas de maison de retraite, les anciens restent dans la famille. Béatrice nous remet un petit fascicule écrit par son époux qui relate une tranche de vie.

Lâm : (pour ceux qui ne le connaissent pas, il travaille aux archives de la Congrégation à St Lazare depuis 5 ans). Il nous livre ses impressions par rapport au groupe : Fidélité à Saint Vincent et à son message. Ce groupe est un espace de fidélité, de fraternité, de bonté, de tolérance. Il a pris sur ses congés pour venir ici. Dans cette rencontre, on reçoit, on donne, on écoute, on vit. Parfois il se dit que les anciens n’ont pas leur place ; or il y a une place pour tous. Nous avons besoin les uns des autres.

Dominique et Danielle LÊ ont fêté leurs 50 ans de mariage le 6 juillet dernier. Ils sont toujours très engagés dand leur paroisse (animation, chorale, catéchèse, animation des funérailles). Danielle continue à écrire des poèmes.

  • Échanges divers

Quelques sujets ont fait l’objet de débats. En voici juste les thématiques : L’Église et la pédophilie, la transmission entre générations, la place des diacres et leur accueil difficile par certains prêtres, etc.

  • Avenir du groupe

Ceci a été largement discuté. On se rend compte que le vieillissement et l’état de santé de beaucoup font que le nombre de participants diminue chaque année. Tous souhaitent que le groupe continue à se retrouver mais il serait sans doute important de pouvoir l’étoffer. La présence de Lâm est un signe. Firmin a également proposé d’inviter des confrères qui ont été dans la CM et qui ont quitté. Il est important pour ces personnes de pouvoir se retrouver dans un groupe. Tout le monde semble d’accord sur cette proposition.

LA PROCHAINE RENCONTRE DE VICHY EST PRÉVUE LES

13 et 14 octobre 2019

Texte : M. Marc THIEFFRY – Photos : P. Firmin MOLA MBALO, CM🔸

Tous souhaitent que le groupe continue à se retrouver mais il serait sans doute important de pouvoir l’étoffer.

Marc Thieffry

Les Lazaristes et Pierre Poivre, grands bâtisseurs de notre chrétienté

Les Lazaristes et Pierre Poivre, grands bâtisseurs de notre chrétienté

Pour vous les jeunes, dont un certain nombre se prépare activement à la grande célébration qui aura lieu au Thabor un dimanche de mai. Pour les moins jeunes aussi qui ont tout intérêt à savoir ce que nous Mauriciens devons à deux grands bâtisseurs de notre chrétienté ; voici une histoire qui mérite d’être connue.

En 1843, arrive le Père Laval et il y a eu, par la suite, quelque 220 prêtres et frères de la congrégation religieuse missionnaire nouvellement créée des Spiritains, qui sont venus donner un grand dynamisme à l’église catholique de notre pays.

En 1862, la congrégation des Pères Jésuites a commencé à nous envoyer des prêtres.

Avant eux toutefois, les premiers missionnaires qui sont venus travailler dans notre pays ont été les Lazaristes. Ils méritent d’être connus et reconnus.

L’autre bâtisseur, profondément croyant, qui avait la vision d’un pays riche de valeurs et d’honnêteté, est Pierre Poivre.

 

Les Lazaristes, premiers missionnaires de Maurice

Les Lazaristes appartiennent à une congrégation fondée en 1625 par Saint Vincent de Paul regroupant des prêtres et des frères. Ils sont appelés Lazaristes ou prêtres de Saint-Lazare, parce que c’était le nom du quartier où se trouvait leur maison à Paris. Le prêtre lazariste portait le titre « Monsieur » suivi de son nom de famille, et non celui de « Père », comme c’est le cas pour les autres prêtres.

En 1648, saint Vincent envoie des missionnaires à Madagascar. Ceux-ci doivent abandonner l’île en 1674, lors du massacre de Fort-Dauphin. Depuis, les Lazaristes ont toujours souhaité pouvoir y retourner et c’est dans ce but qu’ils acceptent de venir comme missionnaires dans les Mascareignes, pour accompagner les migrants français qui vont s’établir dans cette région du monde, cette nouvelle mission pouvant servir de base à cette reprise.

 

113 lazaristes en mission à Bourbon et à l’Isle de France

La plus ancienne et la plus importante colonie française dans l’océan Indien était alors l’Ile Bourbon, l’actuelle Ile de la Réunion. Dès 1712, un traité est signé entre la Compagnie des Indes et les Lazaristes pour qu’une mission soit fondée dans l’Ile Bourbon et les cinq premiers Lazaristes y arrivent finalement en 1714.

Quand en 1721, la Compagnie des Indes décide d’ouvrir une nouvelle colonie, l’Isle de France, qui est devenue notre Ile Maurice actuelle, 2 prêtres lazaristes et 2 frères lazaristes acceptent d’accompagner les colons pour le service spirituel dans cette nouvelle terre d’implantation des Français.

Le livre de Marc Thieffry, « Les Lazaristes aux Mascareignes aux XVIIIe et XIXe siècles dans Ile Bourbon (La Réunion) et Isle de France (Maurice) » publié en 2017 par les Éditions Harmattan, raconte en détail la présence et le travail des 113 lazaristes qui ont été missionnaires dans les deux îles que la Compagnie des Indes voulait exploiter.

« Ces missionnaires ont donné leur jeunesse, leurs rêves, leurs souffrances, leur vocation pour que vive la foi sur ces îles… » Ces deux îles étaient régies par un seul responsable qui portait le nom de Préfet apostolique, ayant les responsabilités de l’évêque actuel. Ce préfet résidait à Bourbon d’abord, puis est venu s’installer à l’Isle de France. Un vice-Préfet était responsable de l’autre île.

Les missionnaires lazaristes sont donc venus exercer leur ministère à l’Ile Bourbon qui était déjà habité par des Français venus s’établir dans l’île. En 1720, le voyage pour voguer entre les deux îles pouvait prendre 19 jours.

 

Les lazaristes dans l’Isle de France

Avant le départ des premiers Français de Lorient pour venir exploiter notre pays, le Père Général des Lazaristes et les dirigeants de la Compagnie des Indes avaient, d’un commun accord, divisé notre île en deux paroisses. Port Sud-Est, aussi connu comme Port-Bourbon, allait être dédié à Notre-Dame des Anges. L’autre paroisse, celle du Port Nord-Ouest, allait être mise sous le patronage de St. Louis IX, roi de France, d’où le nom de la capitale, Port-Louis.

Les premiers Lazaristes MM. Borthon et Daniel Igou, tous deux âgés de 43 ans et les frères Adam (26 ans) et Lecocq (29 ans) ont donc accompagné les colons, venus s’établir dans l’Isle de France.

Le 5 avril 1722 : Dimanche de Pâques, arrivent les premiers migrants au Port-Nord-Ouest sur le bateau, La Diane, après 9 mois d’une traversée longue et pleine de dangers, d’où l’importance pour les croyants d’être accompagnés de prêtres pour recevoir les sacrements et les aider à rester en relation avec Dieu.

Comme les Lazaristes débarquent avec les autres voyageurs au Port Nord-Ouest la paroisse Saint-Louis existe dès le premier jour, mais il n’y a aucun lieu de culte. L’autre paroisse est celle de Grand-Port: les bâtiments délabrés laissés par les Hollandais ont servi de chapelle.

Mgr Amédée Nagapen raconte dans son livre : « A la fin de 1723, l’île abritait 160 blancs, en 1725, 313, et vers 1730, un peu moins de 1 000. » C’est la présence des esclaves qui est venu gonfler la population. Vers 1730, ils étaient 648.

En 1735, arrive François Mahé de Labourdonnais comme gouverneur des deux îles – Bourbon et l’Isle de France. Il fait de Port-Louis, un port protégé et une capitale. Il encourage des Européens et des Indiens libres à se fixer dans l’île comme planteurs, soldats, artisans, ils sont 67 nouveaux immigrants qui ont obtenu des concessions de terre; ils introduisent dans le pays 504 esclaves pour travailler dans la culture et 87 esclaves pour travailler dans les familles.

En 1738 : 101 immigrants ont obtenu des concessions de terre avec 672 esclaves pour la culture, ce qui va constituer un total de 3946 habitants

8 septembre 1738 : Une première messe est célébrée aux Pamplemousses dans la case qui servait de logement, ce n’est qu’en 1740, que les missionnaires disposeront d’une petite chapelle.

 

Gabriel Igou, le fondateur de l’Église dans notre pays

Gabriel Igou a passé 42 ans dans nos îles. Ce prêtre prend tout de suite la charge du Port-Nord-Ouest. Il est donc le premier curé de la paroisse Saint-Louis. Il y reste 9 mois. Il part ensuite pour Bourbon (La Réunion) où durant 10 ans, il s’occupe de la paroisse de Port-Bourbon. En décembre 1733, il prend possession de la paroisse de Saint-Louis au Port-Louis. M. Igou a été le prêtre responsable de l’Isle de France durant 27 ans. « Tant que le vénérable M. Igou a pu agir, il valait seul dix ouvriers… En 1758, il est atteint de cécité et de paralysie. A présent, courbé sous le poids des années et privé de la vue, il n’a presque de mouvement que celui qui lui est donné. On le porte, les dimanches et fêtes, à l’église, pour la satisfaction et la consolation des insulaires. Ils croiraient avoir tout perdu s’ils ne le voyaient plus. Ils se plaisent à recueillir quelques paroles de vie que peut encore prononcer sa voix faible et mourante. Ils le regardent comme leur apôtre, et ont pour lui la même vénération que les fidèles d’Ephèse avaient pour Saint Jean. »  Il est mort le 2 avril 1764.

Une pierre tombale avec une plaque portant le nom de Gabriel Igou, premier curé de la Cathédrale Saint-Louis, a été retrouvée le 3 novembre 2005 lors des fouilles. La pierre tombale, décrétée patrimoine national de l’Ile Maurice le 2 mai 2007, a intégré le 25 août 2007, la cour de la Cathédrale Saint Louis à Port-Louis.

 

Les paroisses de l’Isle de France

En 1764, il n’y a que 3 paroisses : Saint-Louis, de la ville du Port-Nord-Ouest, chef-lieu de la colonie, Saint-François des Pamplemousses et celle de Notre-Dame du Grand Port.

En 1767, Pierre Poivre écrit : « Il n’y a pas assez de prêtres dans l’île. L’instruction manque. Il faut une paroisse aux plaines de Wilhems, une au Flacq. Il en faudra, sous peu, une autre au sud de l’île où il reste beaucoup de concessions à faire… Cette île divisée en 8 quartiers principaux n’a encore que trois paroisses qui sont établies. Une dans chacun des deux ports, dont les deux églises tombent en ruine. La troisième au quartier des Pamplemousses, dont l’église n’est pas finie. Tout le reste de l’île est sans paroisse, et par conséquent sans culte public. Beaucoup d’habitants n’entendent la messe qu’une fois l’année; quelques-uns passent plusieurs années sans aucun exercice de religion. »

En 1770, 2 nouvelles paroisses sont établies.

La paroisse de Flacq prend le nom de St-Julien.

La paroisse de Moka est érigée. Le 19 août 1770 est posée la première pierre de l’église St-Jean.

En 1780, il n’y a que 33 510 habitants dans le pays.

En 1788, ils sont quelque 45 000, dont 4393 Blancs et 2 456 Gens libres.

Il n’y a plus, à l’hôpital, que trois sœurs d’une Communauté de Chartres. Elles ne paraissent pas contentes de leur sort parce qu’elles n’y ont plus aucune autorité. L’église paroissiale du Port Nord-Ouest tombe en ruines, elle est abandonnée; on fait les offices divins dans le bas d’un magasin de l’État, lieu malsain, indécent, trop petit.

 

Fin de la mission des Lazaristes à Maurice en 1808

Pierre Nicolas Boucher (1771-1808) est arrivé à l’Isle de France en 1776, a été curé de Pamplemousses et supérieur des missionnaires. Il est mort à Port-Louis le 16 octobre 1808. En 1805, il fait un triste constat de la situation dans le pays.

« La population de ces colonies est divisée en Noirs et Blancs. La population Noire est composée de Noirs Mozambiques, Malgaches, Indiens et Créoles…

Chacun raisonne de la religion à sa manière. Les plus mauvais livres sont ceux qu’on lit. Si par hasard, on va à l’église, c’est par cérémonie, par ton, curiosité ou besoin. Nous n’avons qu’un certain nombre de femmes qui approchent des sacrements, et il n’est pas grand.

Vous jugerez de là qu’il se commet dans le commerce beaucoup d’injustices, que le luxe et la volupté sont portés au comble; que les modes, les spectacles et les bals sont très recherchés; que les intrigues, les séparations, le divorce et l’usure ne sont pas rares et que la cupidité joue un grand rôle dans toutes les têtes. A les entendre, toutes les religions sont également bonnes et ils n’en professent aucune; les mariages se font sans piété, sans aucune préparation religieuse… Dans les campagnes, on vient à la messe que 3 ou 4 fois par an, en partie à cause de l’éloignement, en partie à cause de l’indifférence pour la religion… Jamais de prières ni d’instruction aux Noirs. Ces gens sont totalement abandonnés, on ne les instruit pas, le Code Noir n’est plus du tout suivi; on ne suit plus aucune règle; Noirs et Blancs vivent et meurent généralement sans sacrements. »

Un constat certes déprimant. En 1807, la population de la colonie s’élevait, selon le Baron d’Unienville, à 77 768 habitants seulement (la population de l’actuelle ville de Curepipe ou du district de Moka en l’an 2000). L’administration britannique promulguait la liberté religieuse mais le supérieur ecclésiastique devait être un sujet britannique.  Quand Mgr. Slater, moine bénédictin anglophone, prend la responsabilité de son vaste vicariat apostolique, il ne reste que 6 prêtres lazaristes en fonction: ils sont soit morts dans le pays ou ont été rappelés en France.

 

Bref retour des Lazaristes à Maurice entre 1873 et 1880

Quand Mgr. Scarisbrick arrive dans son diocèse de Port-Louis, en 1872, il demande au supérieur des Lazaristes de lui envoyer des prêtres, surtout pour évangéliser les Chinois qui sont au nombre de 3 000. Quatre prêtres lazaristes ont été durant 7 ans en mission à Maurice.

Émile Joseph Navarre, prêtre lazariste, à qui est confiée la paroisse de St Vincent de Paul, à Pailles, s’est occupé de la mission auprès des Chinois établis dans le pays.

Julien Paillard a construit une église à trois nefs, toute en bois à Chamarel dont il avait été nommé curé en 1876.

Les derniers Lazaristes sont rentrés en France en 1880.

Monique DINAN 🔸

Ces missionnaires ont donné leur jeunesse, leurs rêves, leurs souffrances, leur vocation pour que vive la foi sur ces îles…

Explications :

Ce article est publié avec la collaboration de Marc Thieffry

Pour plus d’information vous pouvez visiter le site du journal : https://www.lemauricien.com/article/les-lazaristes-et-pierre-poivre-grands-batisseurs-de-notre-chretiente-i/

AVIS DE PARUTION. Livre : “Saint Vincent de Paul et la mission lazariste à Madagascar au XVIIème siècle”

Avis de parution du livre. “Saint Vincent de Paul et la mission lazariste à Madagascar au XVIIème siècle”

Marc Thieffry

ISBN : 978-2-343-13685-1 • 510 pages • 35 euros

Au 17e siècle, Vincent de Paul envoie des membres de sa congrégation, les Lazaristes, évangéliser le sud de l’île de Madagascar. Il a alors 68 ans et dans la lettre qu’il écrit à Nacquart, le premier missionnaire qui se rendra sur la Grande Île, il dit qu’il souhaiterait, s’il le pouvait, l’accompagner dans cette nouvelle mission. Cette épopée commencée en 1648 s’achèvera en 1674 avec le massacre de Fort-Dauphin qui mit un terme à cette première vague d’évangélisation.

Cet ouvrage tend à reprendre tous les documents de l’époque, sans les analyser, dans le seul but de fournir aux lecteurs et aux chercheurs l’ensemble des textes, lettres, documents publiés ou manuscrits dont, entre autres, les Lazaristes furent les auteurs. Nous y trouvons principalement toute la correspondance échangée entre les missionnaires, Saint Vincent et ses successeurs. Nous complétons cela avec des rapports ou correspondances trouvés dans les Archives nationales, les Archives du Ministère des Affaires étrangères, les qui apportent un autre éclairage.

Cela nous permet de mieux connaître la population malgache de qui pouvaient exister entre les autorités politiques, administratives et les missionnaires, de se rendre compte des différents problèmes auxquels étaient confrontés autres.

 

Table des matières

INTRODUCTION

PREMIÈRE MISSION

– 1648 DEUXIÈME MISSION

– 1654 TROISIÈME MISSION

– 1655 QUATRIÈME MISSION

– 1656 CINQUIÈME MISSION

– 1658 SIXIÈME MISSION

– 1660 SEPTIÈME MISSION

– 1663 HUITIÈME MISSION

– 1665 NEUVIÈME MISSION

– 1666 LE MASSACRE DU FORT-DAUPHIN

– 1674 TABLEAU DES NEUF ENVOIS EN MISSION

TABLEAU LISTE DES MISSIONNAIRES

NOTICES DES MISSIONNAIRES

DOCUMENTS

Conclusion de M. de Flacourt sur l’établissement de la religion à Madagascar Dédicace du dictionnaire de la langue de Madagascar Petit catéchisme Inventaire des objets emportés par les missionnaires La Propagande et la mission de Madagascar Les Missions Étrangères de Paris et Madagascar

BIBLIOGRAPHIE

Editions de l’Harmattan, Paris 🔸

Cet ouvrage tend à reprendre tous les documents de l’époque, sans les analyser, dans le seul but de fournir aux lecteurs et aux chercheurs l’ensemble des textes, lettres, documents publiés ou manuscrits dont, entre autres, les Lazaristes furent les auteurs. Nous y trouvons principalement toute la correspondance échangée entre les missionnaires, Saint Vincent et ses successeurs.

Pour toute commande :

L’HARMATTAN ÉDITION-DIFFUSION –

7, rue de l’École Polytechnique – 75005 PARIS

(adresse valable pour la vente par correspondance uniquement)

“Saint Vincent de Paul et la mission lazariste à Madagascar au XVIIème siècle”

Prix unitaire de 35,00€ ; frais de port à ajouter : 3,50 € + 1 € par livre supplémentaire

Règlement :

1. Par chèque (joint) de ………… €.

2. Par carte bancaire (sauf American Express) ou Paypal sur Internet à l’adresse paiement.harmattan.fr

3. Par virement en euros sur notre CCP Paris (IBAN : FR 04 2004 1000 0123 6254 4N02 011 / BIC : PSSTFRPPPAR)

 

Note :

Nous possédons plusieurs librairies dans le 5e arrondissement de Paris, chacune ayant un fonds spécifique. Nous vous invitons à consulter notre site Internet www.harmattan.fr rubrique : Librairies Vous y trouverez nos coordonnées, horaires d’ouverture et les thématiques de chaque librairie.

Vous pouvez aussi commander cet ouvrage directement à votre libraire habituel ou sur notre site internet :

http://editions-harmattan.fr

La rencontre des anciens. Vichy, 8-10 octobre 2017

La rencontre des anciens

Vichy, 8-10 octobre 2017

Etaient présents :  François HISS – Aimé GOLIET – Pierre HUGON – Firmin MOLA MBALO – Bruno DORVAL – Daniel LAMERAND – Pierre et Carmen DAMIENS – Jean-Claude SPERANDIO –  Dominique et Danielle LÊ – Jean ZANOLINI – Antoine TEJEDOR – Pépito CAMPAŇA– Marc et Patricia THIEFFRY – Jacques BERNEDE  

Sous le doux soleil vichyssois, le groupe s’est retrouvé comme chaque année, en octobre, pour un moment d’échange et de convivialité. Le dimanche soir est consacré aux retrouvailles avec un joyeux apéritif concocté par nos hôtes.

Le lundi matin, nous nous retrouvons tous dans la bibliothèque pour un temps de partage.

Sont tout d’abord évoqués ceux qui nous ont quittés définitivement : Vincent Carme à Paris, Pierre Zévaco à Madagascar, Paul Vincent à Martigues, François Brillet à Paris. Des textes en hommage à Vincent, à Pierre et à Paul ont été diffusés par courriel en cours d’années à tous ceux dont nous connaissons leur adresse électronique. Nous regrettons tous que la CM n’utilise pas mieux les sites web dont elle dispose pour nous informer des décès en temps utile.

Jean-Claude SPERANDIO nous donne ensuite lecture des messages d’absents qui se sont manifestés  par courriel, courrier postal ou téléphone :

Gonzague Danjou regrette de ne pas pouvoir se joindre à nous en raison de son handicap dorsal qui l’oblige à limiter ses déplacements. Il peut néanmoins continuer son service des confessions dans la chapelle de la rue du Bac.

Son frère Yves est un peu las de voyager, semble-t-il, lui qui jusqu’ici n’a pas ménagé sa peine à cet égard. Il reste le plus souvent à Amiens où il s’occupe de l’entretien de la grande église Saint Anne, de l’économat de la communauté qui compte 5 confrères, de divers remplacements pastoraux, ainsi que de l’animation d’une association de piété dite de la Saint Agonie de Notre-Seigneur  95 rue de Sèvres (site internet et revue).

Jean-François Lagoueyte n’a pas pu venir à Vichy, contrairement aux années précédentes, à cause de plusieurs fractures graves occasionnées par un accident (il a été renversé par une voiture alors qu’il traversait sur un passage pour piétons !). Il nous a fait part dernièrement du décès de Paul Vincent et nous a envoyé des documents émouvants rapportant les discours d’hommage faits à l’occasion des obsèques (le discours du maire de la commune de Martigues où Paul demeurait et où il est décédé ; un texte prononcé par André Meyranx ; et un court texte d’hommage par des neveux de Paul).

André Meyranx n’a pas pu venir en raison de la maladie chronique de son épouse, mais s’associe par le cœur et la pensée à notre rencontre.

Maurice Vialeton était indisponible à cette date. Il nous donne quelques nouvelles de sa famille, en particulier de l’un de ses petits-fils qui a obtenu le bac S avec mention TB à 16 ans !

Jean Prézeau et son épouse, ainsi qu’Antony et Yvette Nguyen se sont également excusés de ne pas pouvoir venir pour raison de santé.

Jacques Gros nous envoie régulièrement une lettre collective (aussitôt diffusée à tous ceux dont avons une adresse électronique…) dans laquelle il nous fait part sans langue de bois de sa vision de l’Église contemporaine, de sa conception du sacerdoce et du rôle du prêtre dans la société actuelle, ainsi que de ses lectures de spiritualité. Il s’associe à notre rencontre en nous faisant part des problèmes que posent dans sa Mission certaines décisions des congrégations (dont la CM et les Filles de la Charité) qui mutent brusquement leurs ressortissants sans trop se soucier des conséquences de ces mutations parfois peu compréhensibles localement. Il évoque aussi la célébration des 500 ans de la Réforme, qui n’a pas, dans sa région, l’impact qu’il souhaiterait, ainsi que les 400 ans du charisme vincentien sur le thème de « l’accueil de l’étranger », qu’il approuve mais dont il doute de l’impact effectif.

Nous avons aussi eu, par téléphone, quelques nouvelles de Bernardo Garcia et de Christian Labourse, tous deux aumôniers de la Maison de retraite des Filles de la Charité située à Château-l’Évêque (près de Périgueux). Bernardo n’a pas pu venir car il participe à l’anniversaire des 50 ans de mariage de son ami Maurice Lasserre. Sa santé, sans être optimale, est meilleure qu’elle n’a été. Idem pour Christian, que l’on ne parvient pas à convaincre de venir à notre annuelle rencontre ! (avis à quelques autres qui liront ces lignes !!!)

Michel Réveille a envoyé une lettre très détaillée sur ses activités qu’il poursuit (JOC, syndicats ouvriers, etc.). Il voit très mal, « un œil fichu et l’autre pas très bon », ce qui le handicape terriblement pour se déplacer en train, métro, etc. s’il n’est pas accompagné, mais cela ne l’empêche pas de marcher, d’aller à la piscine et de participer aux manifs syndicales contre la « loi-travail » ! Il nous conseille vivement la lecture du livre décapant « Né d’une femme » (Ed. Karthala) de John Schelby Spong (évêque anglican américain).

Enfin, une lettre d’André Rousseau nous est parvenue des USA ce lundi matin, qui nous annonce le décès de son épouse en août dernier, après plusieurs années de maladie et une alternance de faibles améliorations et de rechutes plus graves. La lettre en français est accompagnée d’un texte in memoriam en anglais résumant le parcours professionnel de son épouse, qui fut une éminente universitaire chercheuse en sciences bio-médicales. André continue là-bas de travailler comme psychologue clinicien.

Ensuite commence le tour de table :

Firmin Mola Mbalo : Il sort d’opération et est actuellement en convalescence. Les projets ne lui manquent pas avec un travail en lien avec la prison de Moulins-Yzeure et sans doute un engagement pastoral dans une paroisse du diocèse. Il est dans la communauté de Vichy depuis l’an dernier. Il fait partie du Conseil presbytéral de Vichy. Et son appareil photo n’est jamais très loin…

Bruno Dorval : il est tout neuf dans la communauté où il prend un temps sabbatique après avoir participé dans différentes communauté CM, la dernière en date étant en Haute-Marne. Cette dernière communauté prenant un nouveau secteur pastoral dans ce diocèse, Bruno prendra ensuite une autre mission qui lui sera confiée par le Visiteur. Actuellement Il prend un temps de formation et de relecture.

Aimé Goliet :  il continue évidemment de s’occuper activement de la Maison du Missionnaire qui fêtera bientôt ses 100 ans d’existence. Les travaux de rénovation sont terminés.

Patricia et Marc Thieffry : Marc est à la retraite depuis le 1er février 2017. Ce qui l’a occupé cette année est principalement la sortie de son livre ‘Les Lazaristes aux Mascareignes aux 18ème et 19ème siècles’ qui vient de sortir aux Editions L’Harmattan. Il poursuit aujourd’hui avec un travail sur Saint Vincent de Paul et la mission lazariste à Madagascar au 17ème siècle. Patricia est toujours investie dans le jumelage franco-allemand du village. Elle parle ensuite de son neveu qui est allé se suicider, en juin dernier, à 30 ans, à Los Angeles. Elle s’est fait opérer des dents et cela se prolongera l’an prochain. Tout l’été, la maison est devenue centre d’accueil pour amis et famille qui ont pu apprécier le charme de la Nièvre et de la Loire.

Carmen et Pierre Damiens : Pierre nous parle du voyage en Toscane qu’ils ont fait cette année et qui les ont ravis : Florence, Pise, les carrières de marbre, la civilisation des Médicis, etc. Leur petite-fille a fait sa première communion et la préparation de cet événement, au niveau de la catéchèse, a été assurée par leur fille, ce qui leur a fait très plaisir. Pierre nous présente ensuite deux livres qui ont retenu son attention :

‘Une vie simple’ de Alexis Jenni et Nathalie Sarthou-Lajus – Ed. Albin Michel

‘Vincent et les mousquetaires’ BD de Jean Dufaux et Martin Jumar – Ed. Dargaud

Jean-Claude Sperandio : Sa préoccupation du moment est la maladie du mari de sa plus jeune fille, hospitalisé pour un cancer très avancé. Ceci bouleverse l’organisation familiale, surtout pour ses 3 petits-enfants, qui sont encore en âge scolaire. Cette année, JC anime une matinée par semaine, dans une association de sa commune, un atelier sur la maîtrise d’internet. Au-delà de la consultation de sites et de l’usage a minima d’une messagerie qu’ils savent déjà faire, les participants ressentent le besoin d’une formation plus poussée parce que le fait de mal pratiquer Internet handicape de plus en plus leur vie professionnelle et sociale. JC participe aussi, une fois par mois, à un groupe universitaire de recherche historique sur l’ergonomie (sa discipline avant sa retraite), qui consiste essentiellement à interviewer des ergonomes retraités récents sur leur parcours professionnel passé. Et il reste intéressé par la grande précarité psychologique et sociale, sur le plan familial et en termes d’insertion professionnelle, des personnes en transidentité (= le fait chez une personne d’avoir une identité civile de genre autre que celle biologique assignée à la naissance). Ce phénomène encore mal connu donne malheureusement lieu à des mobilisations tapageuses de certains groupuscules pseudo-catholiques contre une soi-disant « théorie du genre ». Les prêtres, tout particulièrement, devraient mieux s’en informer sur le plan scientifique.

Antoine Tejedor : Il nous précise d’abord qu’il a donné la priorité à notre rencontre et de ce fait il a renoncé à une célébration œcuménique de confirmation et baptême. Il nous parle longuement de l’espace Montbrillant à Genève. C’est un espace de rencontre œcuménique, interreligieux et interconfessionnel. Beaucoup de temps d’écoute. Il nous parle également de l’ACASE : Association Catholique d’Action Sociale et Éducative, ainsi que de la perspective de son déménagement prochain, qui semble le tracasser beaucoup !

Temps de l’Eucharistie

En fin de matinée, comme de coutume, nous célébrons l’Eucharistie. Celle-ci est présidée par François Hiss, le supérieur de la communauté, que nous remercions encore pour son accueil, et nous avons été sensibles au fait que toute la communauté a participé à nos échanges.

Après l’Eucharistie vient le temps du repas, puis, pour ceux qui le souhaitent :

Une VISITE du musée : comme chaque année (sauf l’an dernier car le musée était en travaux), nous sommes invités à visiter le musée des Arts d’Afrique et d’Asie sous la conduite de Marie-Line qui met toutes ses compétences au service du groupe. Le thème de cette année ‘Je suis beau’  Non non, il n’y avait pas que des miroirs ! il s’agit surtout de montrer que les canons de la beauté peuvent être bien différents d’un pays ou d’un continent à un autre. La seconde partie de l’exposition était consacrée à la ‘fabrique des animaux’ : entre l’homme et l’animal les liens sont profonds.

Reprise du temps de partage :

Daniel Lamerand : Il nous donne des nouvelles de la Congrégation, de la nouvelle province de France et de Saint-Lazare, et nous signale notamment le nouvel éclairage de la chapelle, qui éclaire magnifiquement le plafond. Il évoque Claude Lautissier, en voyage en ce moment, et Jean Logean, qui regrette de ne pas pouvoir venir car il n’est pas très en forme physiquement. Daniel nous rappelle que, dans les années 90, le premier groupe qui s’est réuni et qui est devenu le ‘groupe de Vichy’, le fut à St Lazare, auprès du Père Lloret. La première fois, ils étaient quatre, dont lui.

Jacques Bernede : « Je viens à cette rencontre parce que cela m’apporte quelque chose ; c’est un peu comme ma retraite annuelle. Je me sens en communion avec tous ».

Danielle LÊ : nous partage deux poèmes de sa composition sur ‘le silence’ (en acrostiche) et un autre sur ‘La Force des Faibles’ qui lui a été inspiré le jour du décès de Simone Veil.

Questionnement sur la survie de notre groupe

Le constat est le suivant : cela fait plus d’une vingtaine d’année que ce groupe se réunit et force est de constater qu’avec les problèmes de santé des uns et des autres, les problèmes de déplacements et autres, notre groupe tend à ‘fondre’ chaque année. Que faire ? Faut-il continuer ?

Un échange se fait entre les participants. La conclusion est que chacun tient à ce que ce groupe continue à fonctionner. Chacun y trouve son compte et cette rencontre revêt un intérêt certain pour tous ceux qui y vienne. Comment pourrait-on faire évoluer notre groupe ? Inciter davantage à venir les personnes qui semblent intéressées mais ne viennent pas ? Il pourrait être envisagé d’inviter des personnes qui travaillent avec les lazaristes (par exemple Mr Lin qui travaille aux archives de St Lazare, ou Pierre Hureau qui est à la porterie de St Lazare depuis de nombreuses années. La réflexion continue et résolution est prise de se retrouver l’an prochain. Notons dès à présent les dates de notre prochaine rencontre à Vichy : 7-9 octobre 2018

 Le dernier repas est l’occasion de remercier tout le personnel de la maison qui, par sa gentillesse et l’excellence de leurs repas, contribue à la bonne réussite de notre rencontre. Antoine, notre porte-parole en cette occasion, remet une enveloppe à chacune des cuisinières et en profite pour déposer sur leurs chastes joues de délicieux petits bisous.

Merci à Firmin pour toutes les photos qui nous permettent d’illustrer le rapport de cette réunion.

Compte-rendu rédigé par Marc Thieffry 🔸

Les lazaristes aux Mascareignes aux XVIIe et XIXe siècles


Les Lazaristes aux Mascareignes aux XVIIIe et XIXe siècles

Île Bourbon (La Réunion) et Île de France (Maurice)

Cet ouvrage n’a pas d’autre ambition que de mettre à disposition du chercheur et du curieux un choix de sources sur les lazaristes.

La Congrégation de la Mission a été fondée en 1625 par Saint Vincent de Paul. Ses membres s’appellent les lazaristes ou prêtres de Saint-Lazare. Pendant plus d’un siècle, plus d’une centaine de Lazaristes, prêtres et frères, ont évangélisé l’île Bourbon et l’île de France. C’est leur histoire, leur mission, que nous découvrons à travers les manuscrits, documents, lettres, notes, traités et mémoires entreposés aux Archives de la Congrégation de la Mission à Paris.

Avant-Propos

Cet ouvrage n’a pas d’autre ambition que de mettre à disposition du chercheur et du curieux un choix de sources sur les lazaristes. Ces sources sont souvent difficiles d’accès : les réunir dans une publication les rend accessibles au plus grand nombre.

Les documents présentés sont issus de la correspondance et des traités qui concernent la mission des lazaristes aux Mascareignes. Le texte original de chaque document retenu est retranscrit afin de permettre aux chercheurs une exploitation aisée. La table des matières détaillée organise ces documents par dates et par thèmes.

Mgr Maupoint avait écrit un ouvrage qui représente cinq ou six tomes manuscrits. Il souhaitait les publier, mais n’a pu les faire, car l’éditeur trouvait cet ouvrage trop conséquent. Mgr Maupoint donna ce manuscrit à un père lazariste, Gabriel Perboyre, qui s’en servit partiellement pour écrire ce qui aurait dû être le tome 10 des Mémoires des Missions Lazaristes. Ce tome 10, toujours manuscrit, n’a jamais été publié. J’ai repris ce manuscrit comme base de travail. J’y rajouté la correspondance échangée entre les missionnaires, le supérieur général, l’archevêque de Paris et les membres de la Compagnie des Indes.

Pour cette publication, j’ai retenu uniquement les documents ayant trait à l’aspect religieux.

CHAPITRE 1 : Négociations et Traité pour la mission de Bourbon – 1712-1714

CHAPITRE 2 : Préfecture Apostolique de M. Renou : 1714-1721

CHAPITRE 3 : Préfecture Apostolique de M. Criais pour les deux îles

CHAPITRE 4 : Préfecture Apostolique de M. Teste pour les deux îles

CHAPITRE 5 : Préfecture Apostolique de M. Contenot – 1772-mai 1778

CHAPITRE 6 : Préfecture Apostolique de M. Davelu – 1778-1781

CHAPITRE 7 : Préfecture Apostolique de M. Chambovet – 1781-1788

CHAPITRE 8 : Préfecture Apostolique de M. Darthé – 1788-1796

CHAPITRE 9 : Préfecture Apostolique de M. Boucher – 1804-1806

CHAPITRE 10 : Fin de la mission lazariste à l’île de France -1806-1808

CHAPITRE 11 : Projet Madagascar

CHAPITRE 12 : Notices sur les missionnaires des Mascareignes

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

Marc Thieffry 🔸

Au travers de cet ouvrage, nous souhaitons redonner vie à ces hommes qui se sont consacrés à cette oeuvre et permettre aux habitants de La Réunion et de Maurice de connaître l’histoire de la première évangélisation de leurs Îles.

Marc Thieffry

a eu l’occasion de travailler de nombreuses années en Afrique avec les Lazaristes, et les a fréquentés en Europe et en Amérique latine. Aujourd’hui, il lui est offert de travailler sur les archives lazaristes et ainsi de redonner vie à différentes missions ouvertes par Saint Vincent de Paul. Ce faisant, il permet à un plus grand nombre de vivre ces créations de l’intérieur.

Editions L’Harmattan, 5-7, rue de l’École Polytechnique 75005 Paris Tél. 01 40 46 79 20 / Fax 01 43 25 82 03 (commercial). 535 pages. // 42 euros
www.editions-harmattan.fr //