Lettre du Supérieur Général, P. Tomas Mavric CM. À tous les membres de la Congrégation de la Mission. 19 juin 2020

Au fil des semaines et des mois, alors que la pandémie diminue dans certains pays, mais dans d'autres continue de croître, où la douleur et la souffrance dans le monde sont si présentes, nous voulons rester en première ligne, en totale harmonie avec notre charisme, en étant inventif et voir quoi d'autre peut être fait en faveur de nos frères et sœurs.

Tomaz Mavric

Lettre du Supérieur Général, P. Tomas Mavric CM. À tous les membres de la Congrégation de la Mission. 19 juin 2020

A tous les membres de la Congrégation de la Mission : La Grâce et la Paix de Jésus soient toujours avec nous !

Mes chers confrères,

Que la grâce et la paix de Jésus soient toujours avec nous!

Dans la lettre à tous les confrères du 30 mars 2020 intitulée «Voici, je fais toutes choses nouvelles» (Apocalypse 21: 5), liée aux développements dramatiques du COVID-19 dans le monde, j’ai cité les paroles de Saint Vincent au début, “Que j’ai peine de votre peine “[1] en utilisant moi-même les mêmes mots que j’écrivais à chacun de vous, pour essayer d’exprimer avec la même émotion personnelle «Que j’ai peine de votre peine», en ajoutant «Nous supportons la peine les uns des autres! 

Au fil des semaines et des mois, alors que la pandémie diminue dans certains pays, mais dans d’autres continue de croître, où la douleur et la souffrance dans le monde sont si présentes, nous voulons rester en première ligne, en totale harmonie avec notre charisme, en étant inventif et voir quoi d’autre peut être fait en faveur de nos frères et sœurs.

Au cours des dernières semaines à la Curie générale, le Bureau de la communication a organisé une initiative à travers les réseaux sociaux, une transmission en direct avec plusieurs Visiteurs pour écouter comment les confrères, les autres membres de la Famille Vincentienne et les personnes qu’ils servent vivent cette période de pandémie. À travers le site officiel de la Congrégation, cmglobal.org et les réseaux sociaux, de nombreux articles, nouvelles, réflexions et initiatives ont été publiés sur la pandémie partout où la Congrégation est présente.

Les Assistants généraux ont contacté chaque Province, Vice-province, Région et Missions Internationales pour exprimer notre proximité les uns avec les autres, pour découvrir comment les confrères vivent ces temps difficiles, comment ils se portent personnellement, comment les communautés se portent, ainsi découvrir les différentes initiatives qui ont été mises en œuvre sur le terrain en cette période de pandémie.

En lisant tous les rapports, articles, réflexions sur les réseaux sociaux, j’ai été profondément touché par l’implication extraordinaire des confrères dans les différents domaines et les moyens pris pour soulager la souffrance et la douleur des personnes que nous sommes appelés à servir. Chers confrères, merci beaucoup pour votre merveilleux témoignage.

Il est tellement clair que, d’une part, nous devons continuer à faire tout notre possible pour répondre ici et maintenant aux énormes besoins des personnes: matériellement, émotionnellement, psychologiquement et spirituellement. D’un autre côté, nous devons commencer ou continuer à planifier la réponse aux besoins de la population dans la soi-disant période Post-COVID-19.

Pour les Provinces et Vice-provinces qui connaissent déjà des difficultés financières et qui ont du mal à faire face aux nouveaux besoins qui se présentent à eux à la suite du COVID- 19, le « Vincentian International Mission Services » (VIMS), le nouveau Bureau de la Congrégation de la Mission sous la coordination du Directeur exécutif, le Père Mark Pranaitis, élargit sa collecte de fonds, qui se concentre généralement sur les projets VSO, pour inclure une nouvelle campagne conçue pour répondre à la crise COVID-19. Il s’appelle “When Did We See You?” (Quand t’avons-nous vu?) ; c’est enraciné dans le passage évangélique de Matthieu 25: 31-46. La Curie générale, en collaboration avec le Père Pranaitis, prépare un projet en trois étapes avec une aide à court et à long terme.

La première étape est la réponse immédiate aux nombreux besoins liés à la pandémie de COVID-19 dans le monde. À cette fin, la Curie générale propose 250.000 USD qui seront disponibles immédiatement pour les Provinces et les Vice-provinces les moins riches qui ont les plus grands besoins. Les Provinces et Vice-provinces bénéficiaires, à leur tour, fourniront des « histoires » sur les personnes qu’elles servent afin que VIMS puisse tendre la main à ses donateurs et encourager des dons supplémentaires, et, espérons-le, plus importants pour que nous puissions aider davantage les différents endroits dans le besoin où les confrères servent. VIMS a conçu une nouvelle campagne sur les réseaux sociaux pour toucher également de nouveaux donateurs.

Les donateurs du VIMS sont actuellement tous aux États-Unis et, dans un avenir prévisible, il en sera probablement ainsi. Cependant, VIMS se ferait un plaisir de travailler avec tout donateur de votre Province qui, selon vous, souhaiterait soutenir cette Campagne. De même, si votre Province veut contribuer, VIMS se fera un plaisir de recevoir votre don. Vous pouvez contacter le Père Pranaitis au mp@vims1617.org ou le père Paul Parackal, Econome général, à econgen@cmglobal.org pour en savoir plus ou pour contribuer. Le Père Pranaitis s’assurera que vous êtes inclus dans les rapports qui nous parviennent des Provinces et des Vice-provinces, afin que vous puissiez partager ces « histoires » d’amour efficace avec vos confrères et autres collaborateurs.

En lisant les rapports des confrères qui servent partout dans le monde, je suis tombé sur un dans lequel un Visiteur, décrivant la situation actuelle de la pandémie, a écrit les mots suivants : « La pandémie est un don de Dieu ». La lettre de Saint Paul aux Romains fait écho aux mêmes sentiments, exprime les mêmes sentiments et arrive à la même conclusion : « Nous savons que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, qui sont appelés selon son dessein » (Romains 8:28).

Comme je l’ai dit dans la lettre du 30 mars, en utilisant des mots tirés du livre de l’Apocalypse, «je fais toutes choses nouvelles », c’est dans ce moment de grâce spécifique qui nous a été donné ici et maintenant que nous sommes invités à réfléchir, à prier et méditer sur ce que Jésus fait par ses paroles, ce que signifie pour moi, «je fais toutes choses nouvelles », personnellement, pour ma communauté, pour la Petite Compagnie.

Presque en même temps que nous vivions la pandémie de COVID-19 avec toutes ses réalités actuelles et voyons ses conséquences futures dans le monde entier, nous avons commencé les préparatifs de notre 43e Assemblée générale. Elle se tiendra du 27 juin au 15 juillet 2022 sur le thème : « Revitaliser notre identité au début du Ve Centenaire de la Congrégation de la Mission ». Ces dernières semaines, nous avons terminé la première phase de préparation en répondant individuellement au questionnaire envoyé par la Commission préparatoire via Google Forms. Bientôt, nous entamerons la deuxième phase de préparation, nos Assemblées domestiques, suivie de la troisième phase de préparation, les Assemblées provinciales, qui nous amènera, si Dieu le veut, à l’Assemblée générale de juin 2022.

La préparation en cours de notre prochaine Assemblée générale est en quelque sorte parallèle à cette période de lutte, de douleur, de souffrance et d’incertitudes que la pandémie fait naître dans le monde. Les paroles de Saint Paul prennent beaucoup de vie et de cœur, que tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu, ainsi que les paroles de Jésus : « Je fais toutes choses nouvelles ». En cette période spéciale de pandémie qui a embrassé le monde entier, la Providence nous offre une opportunité unique au début du 5e Centenaire de la fondation de notre Petite Compagnie de réaliser, aussi pleinement que nous pouvons humainement, le rêve que Jésus rêve ici et maintenant pour notre Congrégation.

Nous découvrons également qu’en raison de la pandémie, quelque chose de différent, de nouveau et de frais prend vie en nous individuellement, au sein de nos communautés et au sein de la Congrégation. Des signes concrets d’un nouveau printemps au sein de notre petite compagnie commencent à émerger. Nous continuons d’approfondir notre vie spirituelle, nous continuons à grandir dans l’ouverture les uns aux autres, nous continuons à intensifier la recherche de solutions communes aux situations dramatiques que nous vivons, etc…

Le temps de préparation de l’Assemblée générale se déroulant pendant la pandémie que nous ne pouvions ni prévoir ni planifier à l’avance, nous avons un signe de la Providence, de don de Dieu à notre Petite Compagnie en vue de revitaliser notre identité : notre spiritualité et notre charisme, revitalisant le rêve de Jésus pour notre Congrégation au début du Ve siècle de sa fondation.

Dans le quatrième chapitre, au numéro 42 de nos Constitutions, nous lisons: « Ainsi, par l’union étroite de la prière et de l’activité apostolique, le missionnaire se fait contemplatif dans l’action et apôtre dans la prière » M. Vincent a dit à plusieurs reprises: « les vrais Missionnaires devaient être comme des Chartreux en leurs maisons et comme des apôtres au dehors.»[2]

Ensemble, nous affrontons la réalité et réagissons du mieux que nous pouvons à la pandémie du COVID-19, peu importe où nous servons dans le monde. Nous sommes également ensemble en pèlerinage vers l’Assemblée générale de 2022. La meilleure façon pour nous, en tant que membres de la Petite Compagnie, de nous impliquer et de réagir dans les deux cas est de descendre aux sources les plus profondes de notre identité: notre spiritualité et notre charisme. Saint Vincent a laissé le rêve de Jésus sur lui, devenir réalité. Vincent est devenu un Mystique de la charité.

Puissions-nous aussi, membres de la Congrégation de la Mission, devenir de plus en plus des Mystiques de la Charité, en ce 21e siècle et au début du 5e Centenaire de notre fondation, dans lequel nous nous sommes fixés pour objectif de revitaliser notre propre identité.

Rome, 19 juin 2020

Votre frère en Saint Vincent de Paul,

P. Tomaz Mavric CM – Supérieur Général

 

__________

[1] SV I, 142 Lettre 92, à sainte Louise, [1631].

[2] Louis Abelly, La vie du vénérable serviteur de Dieu Vincent de Paul, Livre I, p.100

Partager sur email
Partager sur print

Avis de décès de notre confrère le Père Jean LOUVARIS de la Communauté de Thessalonique

Le secours me viendra du Seigneur qui a fait le ciel et la terre. Le Seigneur, ton gardien, ton ombrage, se tient près de toi. Il te gardera de tout mal, il gardera ta vie ; il te gardera au départ et au retour, maintenant, à jamais. Ps 120

Province de France Congregation de la Mission

Avis de décès de notre confrère le Père Jean LOUVARIS de la Communauté de Thessalonique

C’est avec peine et tristesse que je vous annonce le décès de notre confrère le Père Jean LOUVARIS de la Communauté de Thessalonique. Il s’est endormi dans la Paix du Seigneur cette nuit, dans le centre médical qu’il avait rejoint après un séjour à l’hôpital. Il est le dernier de nos confrères grecs.

Le P. Jean LOUVARIS est né le 4 juin 1938 à SYRA, ile des Cyclades, en GRÈCE. Il est le fils de Isidore LOUVARIS et de Marie FRERIS. Il lui reste un frère.

Après avoir fait ses études primaires à FANEOMENI et secondaires à Thessalonique, il est au Berceau de St Vincent de Paul en 1953 pour continuer ses études. Il est entré dans la Congrégation le 2 octobre 1959 ; il fait ses études de philosophie à Dax de 1960 à 1962 puis continue les études théologiques à Paris de 1962 à 1966.

IL a prononcé les vœux définitifs le 1er novembre 1964 à PARIS.

Il est ordonné diacre  le 30 juin 1965 à Paris par Mgr. BROT ; il reçoit l’ordination sacerdotale le 3 juillet 1966 à THESSALONIQUE des mains de Mgr PRINDEZIS, archevêque d’Athènes.

Il est placé à Thessalonique en 1966.

Jean fut un artisan important au niveau de l’œcuménisme avec nos Frères Orthodoxes. Il les a fréquentés, il a participé très régulièrement à des rencontres où il prenait la parole, et a écrit de nombreux articles. Il a traduit en grec des ouvrages vincentiens. Il a longtemps sillonné la Grèce du Nord pour aller à la rencontre des familles catholiques dispersées.

La célébration des funérailles du Père Jean LOUVARIS aura lieu ce mardi 9 juin à 12h en la cathédrale de l’Immaculée Conception à THESSALONIQUE tenue par les confrères à THESSALONIQUE ; elle sera suivie de l’inhumation au Cimetière où reposent nos confrères.

Ce même jour, j’invite tous les confrères de la Province à s’unir dans une même célébration de l’Eucharistie, pour le repos dans la Paix et la Joie du Ressuscité de ce confrère. Nous y associerons les membres de sa famille, et prierons ce jour-là pour la communauté de Thessalonique, endeuillée par la perte de l’un des leurs, leur ainé.

Comme toujours, c’est une occasion de demeurer unis dans ce départ et fraternels dans nos liens.

Ce 8 juin 2020.

Christian MAUVAIS CM – Visiteur, Province de France

[printfriendly]

Le père Benoît Ndzana CM a rejoint la maison du Père. Avis de décès

« Moi, je suis la Porte, dit Jésus. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra entrer ; il pourra sortir et trouver un pâturage. Moi, je suis le bon pasteur qui donne sa vie pour ses brebis. Je connais mes brebis et elles me connaissent, comme le Père me connaît et que je connais le Père… » (Jn 10, 9-14)

Province de France Congregation de la Mission

Le père Benoît Ndzana CM a rejoint la maison du Père. Avis de décès

A tous les confrères de la Province,

C’est avec peine et tristesse que je vous annonce le décès de notre confrère BENOIT NDZANA MENOUNGA à l’hôpital Cochin où il avait été admis il y a une dizaine de jours. Il a rejoint la maison du Père, hier au soir à 20h30, jour où l’Eglise nous offre le visage de Jésus, comme Bon Pasteur qui prend soin de ses brebis.

Benoît est né le 12 décembre 1956 à NKOLMEYANG au CAMEROUN. Il est le fils de Victorin MENOUNGA TSANGA et d’Engelberte ZOBO. Il a deux frères et deux sœurs.

Dans les années 1981-1985, il a fait ses études de philosophie et de théologie au grand séminaire de MAROUA, à l’école théologique st Cyprien.

Le 27 septembre 1985 il entre dans la Congrégation à PARIS ; il fait son séminaire Interne à PARIS avec le P. Daniel LAMERAND comme Directeur.

Il prononce ses vœux le 5 mars 1988 à NSIMALEN et devient ainsi le 1er confrère camerounais.

Il est ordonné diacre le 13 mars 1988 à OKOLA par Mgr Jérôme MIMBOÉ.

Il reçoit l’ordination sacerdotale le 6 août 1988 à NSIMALEN des mains de Mgr Jean Z0A.

Il fait un court séjour à la Vice-Province du Zaïre, puis est nommé à la paroisse de NSIMALEN d’abord comme Vicaire puis comme Curé en 1995.

En 1991, il a eu la joie de participer à l’Assemblée de la Province de Paris pour y représenter la Région du Cameroun, soulignant ainsi l’importance de la mission sur le continent africain. En 1994, il fait des études supérieures en pastorale catéchétique à l’Institut Catholique de Paris. En 1999, il est inscrit à l’ISPC à Paris et en 2001, il suit des cours à la Faculté de Théologie Catholique à Strasbourg.

En 2002, il entre au Centre médicalisé à PARIS pour s’y reposer car au cours d’un séjour au Cameroun, sa santé est fortement ébranlée. De retour en France, il est soigné et accepte en 2015 d’être le célébrant habituel à la Résidence Antoine Portail.

La célébration des funérailles du Père Benoit NDZANA aura lieu ce mercredi 6 mai à 14h30 à la chapelle St Vincent ; elle sera suivie de l’inhumation au Cimetière de Montparnasse.

Ce même jour, j’invite tous les confrères de la Province à s’unir dans une même célébration de l’Eucharistie, pour le repos de ce missionnaire, dans la Paix et la Joie du Ressuscité. Nous y associerons tous les membres de sa famille, et nous prierons ce jour-là pour la Province du Cameroun, elle aussi endeuillée.

Comme toujours, c’est une occasion de demeurer unis dans ce départ et fraternels dans nos liens.

P. Christian MAUVAIS CM – Visiteur

Livret à télécharger : https://indd.adobe.com/view/fa72fd02-bb41-4963-8c5c-ce5c57a3fe1a

Partager sur email
Partager sur print

Retrouver un Souffle ! Celui du Ressuscité ! « ALLÉLUIA ! ALLÉLUIA ! CHRIST EST VRAIMENT RESSUSCITÉ !Lettre du Visiteur de la Province de France. 17/04/2020

Manquer de souffle rend la vie difficile et fragile ; chercher son souffle est vital pour ne pas sombrer, pour ne pas étouffer. Et beaucoup de personnes, trop, ont rendu leur dernier souffle. Pour nous, croyants, leur souffle s’est fondu dans le Souffle du Christ et fut remis entre les mains du Père, source de toute vie véritable.

P. Christian Mauvais, cm

Retrouver un Souffle ! Celui du Ressuscité ! « ALLÉLUIA ! ALLÉLUIA ! CHRIST EST VRAIMENT RESSUSCITÉ !Lettre du Visiteur de la Province de France. 17/04/2020

Chers confrères, « La Grâce et la Paix du Ressuscité soient toujours avec nous » !

 

« L’église aujourd’hui, le lieu du Dieu vivant célébré, ce sont les cœurs de nous tous. Quand affection, soin et souci sont tournés vers d’autres, quand l’inquiétude se fait active, alors je crois que c’est, de façon invisible peut-être, une église qui se remplit. » Véronique Margron.

D’abord, ce qui nous réunit dans la foi pascale, c’est la triste nouvelle du décès du P. Gonzague ce matin à l’hôpital Suisse à Paris. Cette nouvelle qui attriste aussi la Province de Madagascar où Gonzague a servi sans compter pendant 47 ans. Prions pour ce fidèle et zélé missionnaire et pour sa famille, notamment son frère Yves, notre confrère.

Ensuite, ce qui nous réunit dans la joie pascale, c’est une bonne nouvelle à partager que nous avons accueilli ce lundi avec émotion : notre confrère Alexis V., est maintenant réveillé ! il est sorti du coma. Bien sûr, il a encore besoin de la machine pour respirer et il reste très faible ; il lui faudra du temps, un long temps pour se rétablir, reprendre des forces, et retrouver toute sa place parmi nous mais réjouissons-nous avec lui, pour lui de cet éveil qui nous le rend vivant. Pensons à sa famille, aux confrères de sa Province d’origine qui eux aussi se réjouissent et peuvent chanter Alléluia, cri de joie pascal ! Il y a aussi notre confrère, de la même communauté, Michel, qui est lui aussi est sorti ce jour d’hôpital ; il est accompagné d’une bouteille d’oxygène dont il aura besoin pendant un mois pour retrouver un bon rythme respiratoire ; ensuite, il prendra du temps pour se reposer avant de reprendre son ministère.

Il nous reste à continuer de prier intensément pour eux deux, sur leur chemin de guérison complète et pour nos confrères qui sont toujours dans une situation difficile : Daniel mais Pierre dont la santé nous inquiète.

Ces confrères, comme tant d’autres personnes, ont souffert d’un manque de souffle, d’un souffle insuffisant pour respirer à plein poumons… à l’image, comme l’a souligné le Pape, ‘de nos sociétés qui ont continué leur route, imperturbables, en pensant rester toujours saines dans un monde malade’, monde qui n’arrivait plus à respirer et à donner un souffle vivifiant aux personnes.

Manquer de souffle rend la vie difficile et fragile ; chercher son souffle est vital pour ne pas sombrer, pour ne pas étouffer. Et beaucoup de personnes, trop, ont rendu leur dernier souffle. Pour nous, croyants, leur souffle s’est fondu dans le Souffle du Christ et fut remis entre les mains du Père, source de toute vie véritable. Ce Souffle du Vivant a été rendu sur la Croix pour que tous vivent dans l’Amour, pour que le monde respire dans ce souffle de Vie et devienne vivant, humain et du coup divin et cela au cœur même du confinement qui est étouffant pour des personnes seules ou des familles nombreuses dans des espaces restreints.

Ce souffle pascal rend vivant nombre de personnes, y compris des jeunes de banlieues, qui se sont laissés toucher par la présence de l’autre dans le besoin et qui ont multiplié les formes de service, des réseaux de charité, avec grande et belle générosité. Ce souffle rend vivant nombre d’associations qui rejoignent les personnes les plus dépourvues et éloignées. Ce souffle anime tant de personnes qui d’habitude vivent dans l’ombre de la société́. Ce souffle anime le monde des soignants dans sa diversité qui se donnent et redonne vie, espoir ou reçoivent le souffle des défunts.

Oui, notre monde s’est éveillé, se réveille peu à peu lui aussi ; il prend conscience de l’importance de l’autre, de la vie, de la personne pour qui l’on se donne, de la création qui est redécouverte et appréciée.

Ce temps de confinement nous a mis à distance, celle réglementaire d’un ou deux mètres pour respecter l’autre et se préserver mutuellement dans la santé. Et Pourtant, cette distance nous a rapprochés les uns des autres ; elle a rajusté notre regard sur nos proches, les voisins. C’est un souffle nouveau qui nous remet vraiment en présence de l’autre ! j’imagine que nos propres communautés, les communautés chrétiennes, l’Eglise elle-même, sont traversées elles aussi par ce Souffle de vie, nous permettant de voir notre frère avec ce nouveau regard !

Accueillons avec joie le Souffle du Christ que nous offre Pâque.

En ce temps de Pâques, prions pour que ce souffle se répande partout et continue de tous nous animer pour que nous nous retrouvions mieux les uns et les autres, que nous nous retrouvions en phase avec la création.

« Dans la prière, même pauvre, nous pouvons accueillir la lumière du message pascal. Nous pouvons découvrir que changer nos comportements personnels et collectifs est possible, en vue d’un autre avenir pour nous et pour l’humanité. Nous pouvons laisser monter en nous l’imagination nécessaire pour mettre en pratique de nouvelles solidarités.

Le Ressuscité envoie ses disciples dans le monde entier, non pas pour faire entrer toute l’humanité dans un même système religieux, mais pour que leurs vies rayonnent l’espérance d’une paix sur la terre et d’une plénitude pour toute la création. » Frère Alois.

Je laisse à votre méditation ce texte de Jacques Salomé :

« Les murs ne sont pas toujours au-dehors… Dans tous les murs, il y a une lézarde, dans toute lézarde, très vite, il y a un peu de terre, dans cette terre, la promesse d’un germe, dans ce germe fragile, il y a l’espoir d’une fleur, et dans cette fleur, la certitude ensoleillée d’un pétale de liberté.

Oui, la liberté est un germe même dans les murs les plus hostiles. La liberté peut naître d’une fissure, d’une rupture, d’un abandon. Elle peut naître aussi d’une ouverture, d’un mouvement.

La liberté a de multiples visages, elle est parfois la caresse d’un regard qui a croisé le mien, l’élan d’une parole qui a transformé la mienne pour en faire un chemin.

Les murs les plus cachés sont souvent au-dedans et, dans ces murs aussi, il y a des lézardes…

Laisse pousser tes fleurs, elles sont les germes de ta vie à venir. »

Fraternellement

Partager sur email
Partager sur print

Le père Gonzague Danjou CM a rejoint la maison du Père

« tout le monde reconnaît tous les biens qu’il a fait pour la Province de Madagascar pendant ces 47 ans de vie missionnaire dans ce pays et tous et chacun, ont accepté son départ, même si le champ à moissonner reste encore vaste, même si nos vœux sont qu’il reste avec nous jusqu’à la fin… en 18 ans de visitorat, il a mis en place la structure de notre Province. » (P. Benolo, Visiteur, le 27 mars 2009)

P. Christian Mauvais, cm

Le père Gonzague Danjou CM a rejoint la maison du Père

A tous les confrères de la Province. Nous apprenons le décès de notre confrère Gonzague DANJOU à l’hôpital Suisse où il avait été admis fin février après un séjour à l’hôpital St Joseph. il est décédé calmement, sans souffrances.

 

Il est né le 6 août 1933 à Lille. Fils de Gérard et de Gabrielle DEVRED. Il a fait ses études secondaires à Loos, à l’école apostolique.

Entré dans la Congrégation, le 21 septembre 1951 à Paris ; il a prononcé́ ses vœux le 18 avril

1959 à Paris en présence du Père SLATTERY. Il est ordonné diacre le 3 juillet 1960 à Paris ;

il reçut l’ordination sacerdotale le 29 juin 1961 à PARIS.

En 1961 Gonzague est nommé à la communauté́ de BONDUES.

En 1962, il part pour Madagascar et est placé à la communauté de FARAFANGANA. En 1971, il est nommé Visiteur de la Province de MADAGASCAR.

En 1980, il revient à FARAFANGANA.

En 1986, il est de nouveau nommé Visiteur de la Province de MADAGASCAR En 1995, il est placé au Grand Séminaire de FIANARANTSOA

En 1998, il est nommé supérieur et économe à ANTANANARIVO En 2000, il revient à FIANARANTSOA

En 2003, il est nommé à la maison d’accueil d’ANTANANARIVO.

C’est en 2009 qu’il revient à sa Province d’origine et qu’il est nommé à Paris, à la Maison-Mère où il a rendu de multiples services sur place et à la Chapelle de la Médaille Miraculeuse.

« tout le monde reconnaît tous les biens qu’il a fait pour la Province de Madagascar pendant ces 47 ans de vie missionnaire dans ce pays et tous et chacun, ont accepté son départ, même si le champ à moissonner reste encore vaste, même si nos vœux sont qu’il reste avec nous jusqu’à la fin… en 18 ans de visitorat, il a mis en place la structure de notre Province. » (P. Benolo, Visiteur, le 27 mars 2009)

Vu les circonstances et la situation de confinement sanitaire, l’inhumation du Père Gonzague se fera au Cimetière de Montparnasse. Dans cette attente, il repose dans un funérarium.

J’invite tous les confrères de la Province à célébrer ce dimanche l’Eucharistie pour le repos de ce missionnaire infatigable, dans la Paix et la Joie du Ressuscité. Nous y associerons tous les membres de sa nombreuse famille, dont le P. Yves DANJOU, son frère et nous prierons tout particulièrement ce jour-là pour la Province de Madagascar.

Demeurons unis dans ce départ et fraternels dans nos liens.

« Une fois descendus à terre, ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain. Jésus leur dit :’apportez donc de ces poissons que vous venez de prendre’… il leur dit alors : ‘venez manger’ ; il s’approche, prend le pain et le leur donne et de même pour le poisson. C’était la 3ème fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples ». (Jn 21/)

Ce 17 avril 2020. Christian MAUVAIS

Partager sur email
Partager sur print

Prière à saint Vincent de Paul

Ô st Vincent de Paul, notre père et notre modèle, Vous qui avez voulu, toute votre vie durant, Imiter Jésus-Christ Missionnaire et Serviteur,

Jean-Pierre Renouard

Prière à saint Vincent de Paul

Ô st Vincent de Paul, notre Père et notre Modèle,

Vous qui avez voulu, toute votre vie durant,

Imiter Jésus-Christ Missionnaire et Serviteur,

Vous avez rencontré, en votre temps,

La maladie des peuples qu’était la peste.

Intercédez auprès de la Sainte Trinité

 En faveur de tous les pays du monde visités par le fléau d’aujourd’hui.

Guérissez les corps et les cœurs de toutes les victimes.

Aidez les soignants, soutenez les proches, inspirez les chercheurs.

Assistez ceux qui franchissent les portes de la mort.

 

***

 

Vous avez donné des consignes fermes et ardentes pour lutter contre le mal[1].

 Venez maintenant à notre secours !

Apprenez-nous à exposer notre vie pour les plus vulnérables,

à nous fortifier pour mieux les secourir

Dans la persévérance et sans témérité,

Avec le seul désir de les aider selon leurs besoins.

Ouvrez nos esprits à la Providence infinie de Dieu,

Laissons-Lui toute sa volonté d’action,

Inspirez-nous dans notre obéissance aux responsables.

Nous nous remettons entre vos mains,

Confiants et animés de vrais sentiments de Fraternité et de Zèle.

AMEN

 

 

[1] Voir Coste IV, 520 ; VI, 58 ; VI, 116. On peut consulter aussi les références de Cahors, Cracovie, Marseille, Paris, Rome, Tunis, Varsovie

 

Partager sur email
Partager sur print